Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 28.04.2011 16h55
Le Maroc décide une augmentation des salaires dans le public et le privé (PAPIER GENERAL)

Les cinq syndicats les plus représentatifs au Maroc sont désormais fixés avant le 1er mai, date de la fête du travail, qui vont la célébrer avec une bonne nouvelle à annoncer à leurs adhérents et sympathisants, celle de la hausse des salaires dans le public et le privé.

Un communiqué de ces syndicats précisent qu'un accord officiellement scellé mardi, comprend une hausse généralisée de 600 Dirhams (DH) des salaires des fonctionnaires, abstraction faite des échelles.Cette augmentation, prend effet dès dimanche prochain.

Le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) va être augmenté de 15% sur deux tranches, une première de 10% applicable à partir de juillet prochain et une deuxième de 5% en janvier 2012.

Aussi, le Premier ministre marocain, Abbas El fassi, a prévu l'unification des salaires minimums industriel et agricole (SMIG et SMAG) dans une période de 3 ans. Quant à la promotion interne, il a été convenu de porter le quota des bénéficiaires de 28% à 30% en juillet prochain et à 33% dès janvier 2012.

La période d'attente pour profiter de la promotion après avoir rempli les critères requis a été fixée à 5 ans et son entrée en vigueur en juillet prochain. Quant aux pensions de retraite, elles ont été fixées à 1000 DH dans le public et le privé, précise la même source.

Lundi 25 avril, de nouveaux rounds du dialogue social avec le patronat et le gouvernement présidé par le Premier ministre marocain, Abbas El fassi, ont été tenus à Rabat après la reprise du lundi 4 avril.

Ce jour là, M. Fassi avait fait savoir que l'augmentation des salaires sera bientôt réalisée, vu la conjoncture économique internationale. Il avait ajouté que des mesures portent également sur l'augmentation du budget de la Caisse de compensation pour préserver le pouvoir d'achat des citoyens, le doublement du budget d'investissement, la généralisation des programmes de couverture et d'assistance médicale, l'accélération du rythme de réalisation des grands chantiers et des politiques sectorielles, l'emploi des jeunes titulaires de diplômes supérieurs et la promotion des entreprises nationales.

Le coût de ce que demandent les syndicats pour les employés du secteur public s'élève à 43 milliards DH.

A la mi-avril, les syndicats avaient remis des mémorandums au Premier ministre. L'Union Générale des Travailleurs du Maroc (UGTM) , l'Union nationale du travail au Maroc (UNTM) et la Fédération démocratique du travail (FDT) ont présenté un mémorandum commun. Ces centrales syndicales ont réclamé une augmentation de 20% du SMIG et que le quota de promotion soit porté des 28% proposés par le gouvernement à 33%.

La Confédération démocratique du travail (CDT), qui a boycotté la réunion du 4 avril, et l'Union marocaine du travail (UMT) ont chacune formulé leurs revendications qui portent sur une augmentation des traitements dans la fonction publique de 500 DH nets, une revalorisation du SMIG de 10% et une hausse du seuil minimum de la retraite de 600 DH à 1000 DH dans le public et de 600 à 800 DH dans le privé.

Les centrales syndicales ont aussi proposé une augmentation de 700 DH du traitement mensuel des fonctionnaires classés dans les échelles de 5 à 9 et de 600 DH pour ceux classés à l'échelle 10 et plus.

Les syndicats attendent aujourd'hui des solutions opérationnelles de la part du gouvernement concernant les revendications relatives à la révision du système de promotion et la promotion exceptionnelle dans la fonction publique avec comme date d'effet l'année 2003, à l'abattement fiscal (réduction de l' impôt sur le revenu) et à l'ouverture de négociations sectorielles pour améliorer les conditions de la classe ouvrière marocaine.





Source: xinhua

Commentaire
il n"existe pas de rationalité ni chez les sindicats, ni chez les parties politiques ...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Où en est la situation de la sécurité alimentaire en Chine ?
Chine: trois millions d'habitants au Tibet, dont 90% sont des Tibétains
Pourquoi faire tant de bruit sur la Marine chinoise ?
Une victoire plus symbolique que réelle
Les Etats-Unis vont créer une nouvelle situation au Moyen-Orient
Fin de la partie pour Ben Laden
Vers où l'énergie nucléaire mondiale devra-t-elle aller ?