Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 19.05.2011 10h43
Le nouveau chef du FMI devrait venir d'un pays en voie de développement (ministre sud-africain)

Le ministre sud-africain des Finances, Pravin Gordhan, a déclaré mercredi que le nouveau chef du Fonds monétaire international (FMI) devrait venir d'un pays en voie de développement.

"Les institutions comme le FMI doivent être réformées pour devenir crédibles", a-t-il indiqué. Une telle crédibilité ne peut se faire que si les institutions reflètent les intérêts de tous les pays.

"L'Afrique du Sud demande qu'un candidat d'un pays en voie de développement puisse diriger le FMI", a indiqué M. Gordhan.

Il a ajouté qu'un tel candidat apportera une nouvelle perspective qui fera en sorte que les intérêts de tous les pays, autant les pays développés que ceux en voie de développement, soient vraiment reflétés dans les opérations et les politiques du FMI.

Le 17 mai, plusieurs journaux sud-africains, dont le Business Day et le Beeld à Johannesburg, avaient rapporté que le ministre de la présidence sud-africaine, Trevor Manuel, pourrait être candidat pour remplacer le directeur du FMI, Dominique Strauss- Kahn.

Ce dernier est emprisonné à New York depuis son arrestation pour agression sexuelle présumée sur une femme de chambre d'hôtel. M. Manuel est le prédécesseur de M. Gordhan au poste de ministre des Finances. Mercredi, M. Gordhan a déclaré qu'il existe des candidats de plusieurs pays en voie de développement qui sont crédibles et entièrement aptes à diriger le FMI.



Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'UE dépasse le Japon et devient la plus grande source d'importations de la Chine entre janvier et avril
Le président chinois promet de faciliter les investissements européens
Comment traiter les traumatisms post-séisme
Le vol d'oeuvres d'art à la Cité Interdite doit déclencher une alarme
Le siècle de l'Asie est-il devant nous ?
Comment créer un "royaume idéal sur Internet" ?
Les Etats-Unis doivent évaluer à sa juste valeur la contribution du Pakistan à la lutte anti-terrorisme