Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 27.05.2011 10h56
Le Maroc s'engage en faveur de l'action africaine commune (PAPIER GENERAL)

Le renforcement des liens de coopération avec les pays du Sud a toujours occupé une place centrale dans les options stratégiques du Maroc, qui joue un rôle d'avant-garde pour l'unité du continent africain.

Dans ce sens, le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Taïeb Fassi-Fihri, a déclaré que le Maroc place l'Afrique, son continent d'appartenance, au coeur de son action extérieure.

S'exprimant à Rabat lors d'une cérémonie marquant la célébration de la Journée mondiale de l'Afrique, M. Fassi Fihri a indiqué que le développement des relations entre le Royaume et l'Afrique procède "d'une volonté politique manifeste", soulignant que l'intensité de cette coopération "reflète l'importance de la profondeur stratégique du voisinage africain dans la politique extérieure marocaine".

Le ministre a, dans ce sens, rappelé que la vision stratégique du Maroc dans sa politique africaine privilégie éminemment le volet économique, qui est régi par un cadre juridique comprenant plus de 480 accords de coopération.

Cette coopération connaît également une implication du secteur privé dans les différentes initiatives gouvernementales en direction du continent.

En effet, du fait d' un contexte international marqué par l' intensification de la concurrence sur les marchés du Nord, le marché africain pourrait constituer une niche stratégique pour les entreprises nationales, compte tenu de sa taille potentielle, appelée à gagner en importance avec les efforts déployés par la communauté internationale en faveur du développement du continent africain.

Par ailleurs, par le biais de la mise sur pied de projets socio-économiques (pluies artificielles, campagnes de vaccination, envoi d' experts nationaux en hydraulique et en agronomie) et la contribution au financement de la construction d' infrastructures (ligne maritime Casablanca-Nouakchott-Dakar, autoroute Nouadhibou-Nouakchott, modernisation des compagnies aériennes), le Maroc traduit concrètement son attachement à la paix et au développement en Afrique de l'Ouest.

Dans ce cadre, il n' a eu de cesse de réaffirmer son engagement permanent en faveur de l'action africaine commune, particulièrement en cette période où prévalent les groupements régionaux et les partenariats stratégiques partout dans le monde.

Il faut noter que le Maroc est omniprésent dans le continent puisqu' il participe régulièrement aux travaux du forum d'échanges et de partenariat d'affaires entre le Maroc et les pays de l'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).

Cette structure continentale, créée en 1994, regroupe huit pays: Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo. Ces pays ont comme monnaie commune le Franc CFA et représentent un marché de plus de 70 millions d'habitants.

Conscient également de l' apport important de la coopération Sud-Sud à la poursuite du développement des pays africains les moins avancés, en particulier grâce au partage de l' expérience et du savoir-faire, le Maroc a fait de ce nouveau concept son fer de lance, dans la mesure où cette approche novatrice contribuera à améliorer l'efficience et l'efficacité de l'assistance apportée, tout en favorisant l' appropriation et l' établissement des partenariats.

L' action du Maroc pour les pays africains les moins avancés a consisté à annuler la dette bilatérale que ces pays avaient contractée auprès du Royaume et à supprimer les obstacles tarifaires pour un accès hors barrières douanières des produits d' exportation de ces pays.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
S'inspirer de l'expérience tirée de l'Expo universelle et des jeux asiatiques dans la lutte contre la corruption
La Chine s'oppose à toute intervention étrangère en Syrie (porte-parole du ministère des A.E.)
Alcool au volant : tout reste à faire (ou presque...)
La voie du Tibet vers la démocratie
Regards sur l'avenir de l'Asie de l'Est