Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 31.05.2011 10h47
Le départ de la MONUSCO, un débat prématuré, selon Leila Zerrougui

Il est prématuré de parler cette année du départ de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation de la RDC, a déclaré lundi à la presse, Mme Leila Zerrougui, chef adjoint de la MONUSCO.

"La RDC a un grand défi à relever cette année et elle a besoin d'un appui logistique, technique ..", a souligné Mme Leila, ajoutant que la communauté internationale n'envisage pas le départ de la MONUSCO de la RDC.

Pour Mme Leila, le déploiement des casques bleus s'est fait avec le consentement du gouvernement de la RDC et l'on ne pourra parler du départ de la MONUSCO que "si le gouvernement maîtrise la situation et qu'il met un terme aux forces négatives résiduelles dans la partie Est du pays".

Formulée il y a une année, et par rapport à cette demande, le gouvernement de la RDC et les Nations Unies ont mis en place une commission pour évaluer les résultats sur le terrain concernant le futur des Nations Unies en RDC, avait indiqué le 25 mai dernier, le porte-parole de la MONUSCO, M. Manodje Mounoubai .

On rappelle que la société civile et les organisations congolaises de défense des droits de l'homme, militent depuis de longues dates pour le maintien et le renforcement des Casques bleus en RDC.

2000 casques bleus ont déjà été retirés des effectifs militaires onusiens en RDC, à la demande du gouvernement congolais. Déployée depuis 2001, la MONUSCO est la plus importante mission actuelle de maintien de la paix de l'ONU dans le monde avec 17.000 Casques bleus.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : près de 35 millions de personnes affectées par la sécheresse sur les cours moyen et inférieur du fleuve Yangtsé
He Guoqiang appelle à des efforts pour développer de nouvelles industries de haute technologie
Réflexions suscitées par l'actuel « engouement pour l'émigration »
La dispute pour le poste de directeur général du FMI et la réforme de l'ordre financier international
Alcool au volant : tout reste à faire (ou presque...)