Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 30.08.2011 11h30
Darfour : Ban Ki-moon salue l'amnistie de cheikhs protégés par la MINUAD

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué lundi la décision du gouvernement du Soudan d'amnistier cinq cheikhs locaux qui étaient réfugiés dans les locaux de l'Opération conjointe de l'Union Africaine et des Nations Unies au Darfour (MINUAD) par peur d'être arrêtés pour des allégations de crimes. "Les cheikhs, qui sont retournés dans leur maison aujourd'hui, étaient sous la protection de la MINUAD après l'irruption de violence en juillet de l'année dernière dans le camp de déplacés internes de Kalma", dans le Sud Darfour, a précisé le porte parole du secrétaire général de l'ONU dans un communiqué de presse.

Le Chef de l'ONU s'est dit satisfait du retour des cheikhs auprès de leur famille juste à temps pour célébrer l'Aïd El-Fitr, qui marque la fin du Ramadan, le mois du jeûne des musulmans. Il a exhorté les chefs communautaires et les membres du camp à éviter tout acte de violence.

Les cheikhs avaient cherché refuge dans le centre de police à proximité de la MINUAD à l'extérieur du camp de déplacés de Kalma suite aux violences qui ont éclaté en juillet 2010. Les autorités du Sud Darfour avaient demandé à la MINUAD de leur remettre ces personnes.

Les cheikhs avaient affirmé craindre pour leurs vies, et la MINUAD avait refusé de les remettre aux autorités en se référant à son mandat qui exige une procédure régulière et le respect des droits de l'homme en toutes circonstances.

Le représentant spécial conjoint de l'Union africaine et de l'ONU pour le Darfour, Ibrahim Gambari, a fait part dimanche de sa reconnaissance envers les autorités soudanaises pour avoir amnistié les cinq cheikhs.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Libye : la Chine proclame son soutien aux Nations-Unies
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient
Le dilemme du développement du Japon