Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 04.09.2011 12h48
Cuba rejette le CNT de Libye et rappelle ses diplomates à Tripoli

Le gouvernement cubain refuse de reconnaître le Conseil national de transition (CNT) de Libye, et a rappelé ses diplomates à Tripoli, a indiqué samedi le ministère cubain des Affaires étrangères.

"Cuba ne reconnaît pas le CNT ni aucune autre autorité provisoire, et ne devra reconnaître qu'un gouvernement sans ingérence étrangère qui respecte la volonté libre, souveraine et unique du peuple frère libyen", a déclaré le ministère dans un communiqué.

Le communiqué indique que Cuba avait rappelé son ambassadeur et ses premiers secrétaires présents à Tripoli, qui "ont pris des risques en étant présent aux côtés du peuple libyen dans cette situation tragique", ajoutant que les diplomates cubains "ont été témoins des bombardements de l'OTAN contre les civils et l'assassinat de civils innocents".

Depuis février, la Libye a souffert d'une guerre civile sanglante entre d'un côté les rebelles demandant le départ du dirigeant Kadhafi et d'un autre côté les troupes loyales à Kadhafi.

Cuba a déclaré que l'intervention dirigée par l'OTAN en Libye n'a fait que raviver le conflit et "a empêché le peuple libyen de se diriger vers une solution pacifique".

Cuba a aussi accusé l'OTAN "d'avoir tué des milliers de personnes en utilisant "une excuse vulgaire" de la protection des civils, et "d'avoir ignoré les initiatives constructives de l'Union africaine et d'autres pays".

Source: xinhua

Commentaire
Cuba n'a utilisé aucun langage diplomatique dans sa position parceque tout est clair pour ...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Championnats d'athlétisme de Daegu : la délégation chinoise remporte ses meilleurs résultats depuis 18 ans
La Corne de l'Afrique, un test pour notre conscience
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient