Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 05.09.2011 08h03
Les rebelles libyens appellent à la reddition des forces de Kadhafi et à l'aide internationale (PAPIER GENERAL)

Les rebelles libyens ont appelé samedi à la reddition des forces loyales au Mouammar Kadhafi d'ici une semaine et à l'aide internationale pour la reconstruction du pays.

Le chef du Conseil national de transition (CNT), Moustafa Abdel Jalil a déclaré lors d'une conférence de presse tenue samedi à Benghazi, que les forces du CNT donneraient une semaine aux forces pro-Kadhafi à Syrte, à Bani Walid et dans d'autres villes pour déposer les armes, en ajoutant que "cela ne signifie pas que nous ne sommes pas conscients des opérations des loyalistes de Kadhafi".

Il a indiqué que les forces du CNT étaient capables de prendre toutes les villes et que les rebelles utiliseraient la force après la fin de l'ultimatum.

Pour sa part, un chef militaire des rebelles a dit que ses forces avaient demandé aux Kadhafistes à Bani Walid, une ville située au sud-ouest de Tripoli, de se rendre avant 08H00 GMT dimanche, indique la chaîne de télévision al-Jazira.

De plus, Mahmoud Abdelaziz, un porte-parole du CNT a fait savoir que la ville de Bani Walid serait sous le contrôle des rebelles "dans quelques heures", a rapporté l'agence de presse tunisienne TAP.

Toutefois, le porte-parole de Kadhafi, Moussa Ibrahim, a déclaré que les forces de Bani Walid ne se rendraient pas aux ennemis, en ajoutant que les chefs tribaux locaux restaient encore fidèles à Kadhafi.

Il a fait savoir que Bani Walid abritait une des plus importantes tribus pro-Kadhafi qui refusait de négocier avec le CNT, en précisant que la tribu de Warfalla, ayant une population d'un million de personnes, était décidée à conserver son allégeance à Kadhafi.

Le porte-parole de Kadhafi a également révélé que la tribu de Warfalla, qui pourrait avoir perdu 1 000 hommes aux combats, poursuivrait sa lutte jusqu'à la fin de l'agression de l'OTAN.

Moussa Ibrahim a dit qu'il ne savait pas le lieu où s'abrite Kadhafi, mais il savait que le leader se trouve actuellement dans un endroit sûr en Libye avec une protection suffisante.

Il a de plus accusé Abdel Hakim Belhadj, un islamiste nommé par le CNT en tant que commandant des forces à Tripoli, d'être membre d'Al-Qaïda.

Mais, Abdel Hakim Belhadj a déclaré au quotidien français Le Monde que son groupe n'avait pas l'intention de s'emparer du pouvoir et laisserait le peuple libyen décider son avenir par lui-même.

"Le groupe de combat islamique n'était jamais une partie d'Al-Qaïda, ni du point de vue idéologique, ni du point de vue opérationnel," a déclaré Abdel Hakim Belhadj.

Tout en annonçant la formation d'un Conseil suprême de sécurité, visant à maintenir la sécurité à Tripoli, le CNT a appelé la communauté internationale à accorder son aide pour la reconstruction de ce pays ravagé par la guerre.

La deuxième réunion des "Amis de la Libye" se tiendra le 20 septembre à New York pour accélérer la reconstruction de ce pays d'Afrique du Nord, a annoncé le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini.

Lors de la première réunion des "Amis de la Libye", tenue jeudi à Paris, plus de 15 milliards de dollars d'avoirs libyens gelés à l'étranger, ont été transférés au CNT.

En même temps, un responsable du CNT, Walid Burshane, également membre d'une délégation dirigée par M. Jalil pour une visite en Tunisie, a indiqué que les compétences tunisiennes seraient nécessaires pour la reconstruction de la Libye, indiquent les informations de TAP.

Le responsable du CNT a également proposé la mise à jour d'une stratégie visant à établir un "partenariat riche et diversifié entre les deux pays".

Au cours de sa visite, M. Jalil a rencontré le président par intérim de la Tunisie, Fouad Mebazaa et le Premier ministre provisoire tunisien Béji Caïd Essebsi, en discutant de la coopération bilatérale.

Par ailleurs, un envoyé spécial de l'ONU, Ian Martin, est arrivé samedi à Tripoli pour chercher des moyens afin de rétablir l'ordre et d'apporter la démocratie en Libye.

De plus, selon Abdullah Shammiya, ministre provisoire de l'Economie de la Libye, les investisseurs étrangers seront les bienvenus en Libye. La production du pétrole sera reprise dans deux champs pétroliers libyens avant le milieu du mois de septembre, a fait savoir le ministre provisoire du Pétrole de la Libye Ali Tarhuni.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le Premier ministre chinois appelle à l'utilisation durable des terres et des ressources
La Corne de l'Afrique, un test pour notre conscience
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient