Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 08.09.2011 11h33
RDC : Gédéon libéré de sa prison par un commando

Kyungu Mutanga Alias Gédéon, ancien seigneur de guerre qui avait semé la terreur pendant la période des troubles de 2002 à 2005 dans la province du Katanga, dans le sud-est de la RDC, a été libéré merdredi de sa prison par un commando de huit hommes armés et cagoulés.

Cette attaque contre la prison centrale de Kassapa, située à une dizaine de kilomètres de Lubumbashi et qui contient 1.298 détenus, a occasionné la mort de deux personnes et l'évasion de plus de 960 détenus, selon le vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur congolais Adolphe Lumanu N'sefu qui s'exprimait devant la presse à Kinshasa.

L'attaque intervenait lors de la visite des membres de familles aux pensionnaires de la prison. Arrivés à bord d'un minibus, les assaillants n'ont pu accéder à l'intéieur de la prison qu'après une heure de combat. Une fois à l'intérieur de la prison, le commando a récupéré Gédéon.

Un élément de la police militaire et un enfant qui était allé avec son père pour visiter un membre de sa famille ont été tués.

"Visiblement, l'objectif de cette attaque était de libérer Gédéon", a déclaré un responsable de la prison de Kassapa.

Gédéon, chef du mouvement insurrectionnel Maï Maï au Nord- Katanga, avait été condamné à la peine capitale par un tribunal militaire pour crime contre l'humanité et crimes de guerre.

D'après M. Lumanu, quelque 150 détenus évadés ont été récupérés. Il sollicite la coopération de la population pour mettre la main sur d'autres hors-la-loi en cavale.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine s'engage à accroître sa superficie forestière de 40 millions d'hectares (Hu Jintao)
Quotidien du Peuple : la gestion de crise ne peut pas aider ConocoPhillips
Comment les femmes peuvent réussir dans un monde d'hommes
La Corne de l'Afrique, un test pour notre conscience