Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 25.09.2011 10h39
Côte d'Ivoire : le gouvernement ordonne un "ratissage total" de la zone frontalière ouest après les attaques meurtrières

Le gouvernement ivoirien vient d'ordonner un "ratissage total" de la zone frontalière ouest, à la suite d'une attaque meurtrière intervenue le week-end dernier dans la localité de Taï (650 kilomètres à l'ouest d'Abidjan), a appris Xinhua samedi de source militaire.

A l'occasion d'une mission tripartite des grands commandements des forces armées dans la localité, le ministre délégué à la Défense, Paul Koffi Koffi a donné le feu vert pour un déploiement des soldats dans la zone, avec pour consigne de procéder à l'arrestation de toutes les personnes qui seront en détention illégale d'armes.

Pour le ministre, il était opportun de prendre des mesures vigoureuses pour endiguer l'insécurité grandissante dans la région ouest du pays.

Les responsables des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI), des Casques bleus de l'Opération des Nations-Unies de Côte d'Ivoire (ONUCI) et de la force française Licorne, qui ont pris part à la tournée, se sont engagés à travailler en synergie pour sécuriser la zone de manière efficace.

L'incursion d'un commando armé dans plusieurs villages de la localité de Taï à une trentaine de kilomètres de la frontière libérienne avait fait 23 morts.

La mission effectuée par les autorités administratives et militaires visait à rassurer les populations locales qui étaient désemparées après le massacre.

L'ouest de la Côte d'Ivoire a payé un lourd tribut à la crise post-électorale qui a secoué le pays cinq mois durant, faisant au moins 3.000 morts et un million de déplacés.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Wen Jiabao encourage les jeunes chinois et indiens à contribuer aux liens bilatéraux
Le 6e forum international des médias en langue chinoise tenu à Chongqing
Les pressions sur la devise chinoise se fondent sur une erreur (COMMENTAIRE)
Pourquoi la Chine est-elle toujours attaquée lors des élections présidentielles aux Etats-Unis ?