Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 26.09.2011 08h56
Le PM mauricien dénonce l'hypocrisie de Londres sur les Chagos à l'ONU

Le Premier ministre mauricien, Navin Ramgoolam, à dénoncé la double faute diplomatique et politique de Londres, qui refuse de manière systématique de s'engager dans toute discussion pour un retour des Chagos à Maurice à la tribune des Nations Unies, samedi 24 septembre.

Le Premier ministre Ramgoolam a mis l'accent sur l'importance de la sécurité dans le monde, que ce soit en matière économique, sur le plan environnemental, humain et légal. Il considère l'initiative des Nations Unies de consacrer la prochaine session au thème de Règle du droit comme un pas dans la bonne direction. Toutefois, Navin Ramgoolam se fait l'avocat pour que l'autorité de la loi soit appliquée de manière non-discriminatoire. A titre d'exemple, Navin Ramgoolam a cité les difficultés rencontrées par Maurice dans la reconnaissance de sa souveraineté sur l'archipel des Chagos, partie du territoire démembrée par les Britanniques juste avant l'indépendance. La première salve contre les anciens colons britanniques porte sur le refus systématique de ces derniers de s'engager dans des discussions en vue de résoudre ce litige.

«Lorsque le gouvernement de Maurice a donc annoncé, en 2004, qu'il allait soumettre le différend à la Cour internationale de Justice, le Royaume-Uni immédiatement modifié sa Déclaration, conformément à l'article 36 de la Statut de la CIJ, pour évincer la compétence de la Cour à l'égard à certains différends avec un membre ou ancien membre du Commonwealth. Les Etats impliqués dans un différend peut refuser de négocier de bonne foi et cherchent à s'assurer qu'aucun tribunal international ne peu tdéterminer la loi applicable au litige », a-t-il poursuivi.

L'autre épisode où Maurice a critiqué la Grande-Bretagne de manière à peine voilée concerne toujours les Chagos, en particulier le parc marin (Marine Protected Area). «La poursuite de l'occupation illégale de l'archipel des Chagos par le Royaume- Uni est un sujet de préoccupation pour la région (...). La prétendue déclaration d'une aire marine protégée autour de l'archipel des Chagos par le Royaume-Uni en violation de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer est une autre cause d'inquiétude », a fait comprendre Navin Ramgoolam, en faisant état du recours de Maurice depuis décembre de l'année dernière à un arbitrage sous les dispositions de la 1982 Convention on the Law of the Sea.

Toujours en ce qui concerne la région océan Indien, Maurice a fait part de ses appréhensions par rapport au fléau de la piraterie, véritable menace pour le commerce international. Le Premier ministre a confirmé l'engagement de Maurice visant à participer au projet pour traduire en justice et à détenir des pirates.

Le Premier ministre mauricien a réitéré formellement le soutien de Maurice à la demande d'admission de l'État palestinien aux Nations Unies. « Les Nations Unies et la communauté internationale ont un devoir sacré en vue de restituer au peuple palestinien sa dignité et son droit à un État aussi bien que sa sécurité. Maurice soutient la demande soumise par le président de l'État palestinien pour que les aspirations légitimes du peuple palestinien soient traduites dans la réalité. », a-t-il déclaré.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Wen Jiabao encourage les jeunes chinois et indiens à contribuer aux liens bilatéraux
Le 6e forum international des médias en langue chinoise tenu à Chongqing
Les pressions sur la devise chinoise se fondent sur une erreur (COMMENTAIRE)
Pourquoi la Chine est-elle toujours attaquée lors des élections présidentielles aux Etats-Unis ?