Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 27.09.2011 15h57
Le décès de Wangari Maathai est une grande perte pour la communauté environnementale mondiale, selon un ministre congolais

Le ministre congolais de l'Economie forestière, Henri Djombo, a salué lundi à Brazzaville la mémoire du prix nobel de la paix 2004, Wangari Maathai, dont il considère le décès comme "une grande perte pour la communauté environnementale mondiale".

"La mort de Wangari Maathai est une grande perte pour la communauté environnementale mondiale; c'est avec beaucoup de peine que nous avons appris ce matin la triste nouvelle de son décès, à la suite d'un cancer qu'elle a courageusement affronté, alors qu'elle souhaitait poursuivre son combat pour la sauvegarde de l'environnement, notamment du bassin du Congo dont elle a été l'ambassadrice itinérante", a déclaré Djombo à la presse.

Wangari Maathai s'est distinguée pour sa contribution en faveur du développement durable et de la démocratie. Ce qui lui a valu le prix Nobel de la paix en 2004.

Agée de 71 ans, la militante écologiste kenyane est morte dimanche dans un hôpital de Nairobi où elle suivait des soins pour un cancer. Elle est auteur de plusieurs ouvrages.

Biologiste et vétérinaire de formation, elle a créé en 1977 le mouvement de la Ceinture verte. Elle avait été élue députée en 2002 et nommée ministre adjointe de l'Environnement en 2003.

"C'était une femme courageuse et je garde d'elle le souvenir de l'amitié, de la considération, pour les échanges interactifs chaleureux que nous avons toujours eus dans le cadre de la préservation du bassin du Congo", a conclu Djombo.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Basket: la Chine sera aux JO
Une génération instable a-t-elle surgi en Europe ?
Le 6e forum international des médias en langue chinoise tenu à Chongqing
Les pressions sur la devise chinoise se fondent sur une erreur (COMMENTAIRE)