Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 28.09.2011 13h43
La coopération entre le Congo et la Chine sur l'agriculture est excellente (ministre congolais) (INTERVIEW)

Le ministre congolais de l'Agriculture et de l'Elevage, Rigobert Maboundou, a qualifié mardi d'excellente la coopération globale entre le Congo et la Chine, particulièrement dans le domaine de l'agriculture, en déclarant que les critiques de certains pays occidentaux contre l'excellente performance de la Chine sur le continent africain "n'étaient pas normales".

M. Rigobert a tenu ces propos dans une interview accordée à l'agence Chine Nouvelle (Xinhua) à l'occasion d'une visite au Centre de Démonstration des Techniques Agricoles, centre installé en banlieue de la capitale congolaise Brazzaville dans le cadre de la coopération agricole du Congo et de la Chine et appliqué par l'Académie de l'Agriculture tropicale de La Chine.

Evoquant la coopération entre la Chine et le Congo sur l'agriculture et dans d'autres domaines, M. Rigobert Maboundou a déclaré : "Vous savez, en gros, la coopération entre la Chine et le Congo est excellente. Ça fait plus de 40 ans que nous coopérons avec nos amis chinois et vous constaterez que les résultats sur le terrain sont palpables".

"Et c'est depuis peu que nous avons repris la coopération agricole avec les Chinois, là nous la reprenons du bon côté avec la création de ce centre, mais je peux vous assurer qu'à travers un certain nombre de contacts que nous avons avec d'autres partenaires de la République populaire de Chine, nous n'allons pas simplement nous arrêter à cette expérience, mais nous avons d'autres qui vont arriver", a déclaré le ministre congolais.

Rappelant le fait que la Chine, avec une population représentant de près de 22% de la population mondiale et un territoire constituant à peine 7% du territoire mondial, arrive à satisfaire les besoins alimentaires d'une population de quelque 1,3 milliards de personnes, M. Rigobert a indiqué :" C'est un exemple pédagogique, important et déterminant à la fois de la capacité de l'offre agricole, mais aussi de la prise en charge des besoins de la population".

"Les chinois viennent ici pour faire de la démonstration, de la pédagogie et il restera aux congolais de démystifier ces connaissances en les apprivoisant, de telle sorte que nous puissions tracer la voie de l'expérience agricole congolaise", a-t-il ajouté.

Répondant à une question sur le fait que certains médias mettent en doute les activités agricoles de la Chine en Afrique, M. Rigobert a indiqué : "La République Populaire de Chine travaille sur un marché économique mondial qui est unique...et tout le monde y accède avec ses atouts ; c'est-à-dire avec sa compétitivité ou non".

"Vous voyez bien que tous les projets que nos amis chinois gagnent sur notre territoire national, sont des projets qu'ils gagnent à partir des appels d'offre suivant des règles orthodoxes et légales sans tricherie comme tout le monde le sait", a déclaré M. Rigobert.

"Aujourd'hui le problème de l'Europe, c'est qu'elle se trouve désaxée par les performances de l'économie chinoise, que cette dernière développe à partir de ses talents, de ses connaissances, mais aussi à partir de la simplicité de ses procédures", a indiqué le ministre congolais.

"Alors entre un français qui gagne un marché et un chinois qui le gagne, il ne devrai pas avoir de différences, donc je ne comprend pas pourquoi quand un chinois gagne un marché on veut le contester et quand c'est un français ou un citoyen de nationalité occidentale on l'accepte...ce n'est pas normal", a-t-il poursuivi.

"Je pense que ce qu'il y a aujourd'hui en jeux, c'est à la fois la croissance économique que la Chine a réussi à domestiquer et à comprendre et d'autre part, une Europe qui a le dos au mur".

"Aujourd'hui le capital financier qui est la combinaison entre le capital productif et le capital bancaire en Europe est essoufflé, parce que les entreprises représentent le capital productif, et pourtant ces dernières n'ont pratiquement plus de marché dans leurs portes feuilles ; les ressources de la trésorerie représentent le capital bancaire, or ces dernières n'existent plus en Europe".

"A l'inverse de la Chine, son avantage c'est d'avoir des entreprises performantes et de posséder une trésorerie importante au niveau des banques".

"Nous devons seulement comprendre que c'est un pays devenu compétitif et nous devons dorénavant compter avec lui", a conclu le ministre congolais.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Rencontre entre les Premiers ministres de la Chine et de la RPDC
Chine : pourquoi le dalaï lama s'inquiète-t-il de sa réincarnation
La Chine doit diversifier ses investissements
Une génération instable a-t-elle surgi en Europe ?