Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 13.10.2011 10h36
Trois ministres ougandais inculpés de corruption démissionnent

Trois importants ministres du gouvernement ougandais ont annoncé mercredi après-midi qu'ils démissionnaient avant leur jugement jeudi par le tribunal de la lutte contre la corruption de Kampala, capitale du pays.

Le ministre ougandais des Affaires étrangères Sam Kutesa, le chef de file du gouvernement John Nasasira, et le secrétaire d' État au travail, à l'emploi et aux relations industrielles Mwesigwa Rukutana, ont annoncé cette décision commune alors qu'ils se préparent à leur comparution jeudi devant le tribunal de lutte contre la corruption pour des charges de corruption et d'abus de pouvoir.

Ces trois responsables sont accusés de corruption et d'abus de leurs fonctions dans le cadre de la préparation de la Réunion des chefs d'Etat et de gouvernement du Commonwealth (CHOGM) à Kampala en 2007.

« Nous comparaîtrons demain (jeudi) devant le tribunal pour répondre à ces accusations d'avoir causé des pertes financières dans le cadre de nos fonctions officielles lors de la CHOGM. Nous comptons bien profiter de cette opportunité pour faire valoir notre innocence et démontrer que nous ne sommes pas coupables des offenses qui nous sont reprochées », ont déclaré ces ministres dans un communiqué commun.

« Afin de permettre le bon déroulement du procès, auquel nous sommes très attachés, et dans l'intérêt du parti auquel nous appartenons et du gouvernement que nous servons, nous avons jugé prudent et souhaitable de prendre congé de notre Autorité désignatrice afin de rester en réserve jusqu'à la conclusion de cette affaire ».

Les trois hommes doivent comparaître devant le tribunal de juges de paix contre la corruption jeudi à Kampala, capitale de l'Ouganda, pour répondre d'inculpations d'abus de pouvoir ayant entraîné des pertes financières de plus de 14 milliards de shillings ougandais dans les préparatifs de la CHOGM.

Ces trois responsables auraient selon les allégations organisé de manière irrégulière un sous-comité représentant le sous-comité gouvernemental sur la CHOGM, dans lequel ils auraient décidé sans autorisation que le gouvernement financerait la construction de routes, d'aires de stationnement et de ports de plaisance à l'hôtel Munyonyo Speke à Kampala.

Selon ces accusations, ces responsables auraient engagé de manière illicite le gouvernement dans le financement de la construction d'un puits de 14 millions de dollars, sachant qu'un tel financement entraînerait une perte financière.

M. Nasasira était à l'époque ministre des Travaux et des Transports, et M. Rukutana secrétaire d'État aux Finances.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Les PM chinois et russe s'engagent à mener une coopération plus étroite
Les centres de la culture chinoise implantés à l'étranger permettent au monde entier de connaître la Chine
La Chine « dispute l'Europe » ne tient pas debout et est injustifiable
La farce législative américaine