Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 15.11.2011 13h22
Les chefs d'Etat béninois et ivoirien préoccupés par la prolifération des armes en Afrique

Le président béninois Boni Yayi et son homologue ivoirien Alassane Dramane Ouattara, en visite au Bénin, ont exprimé lundi à Cotonou leur "profonde préoccupation" face à la prolifération des armes en Afrique, engendrée particulièrement par la crise libyenne, selon un communiqué conjoint.

Selon ce communiqué, les deux chefs d'Etat ont "formé le voeu que les efforts déployés par le Conseil national de transition ( CNT) libyen pour assurer la pacification effective du pays se poursuivent et soient couronnés de succès, notamment à travers l'organisation d'élections démocratiques, transparentes et inclusives".

Aux termes du communiqué conjoint, MM. Yayi et Ouattara se sont également déclarés préoccupés par la recrudescence des actes de piraterie le long des côtes des pays du Golfe de Guinée.

A ce sujet, ajoute le communiqué, ils ont recommandé, en appui aux mesures prises ou en cours au niveau des pays directement touchés et à l'échelle internationale, notamment la résolution 2018 du Conseil de sécurité de l'ONU, la mise en place d'une coopération plus efficace et plus efficiente pour enrayer définitivement ce fléau.

Selon le communiqué, les deux chefs d'Etat ont également échangé au sujet de la crise financière internationale qui frappe la plupart des pays de la zone euro, ce qui aurait des impacts potentiels sur la zone franc CFA, du fait de la parité fixe entre les deux monnaies.

"Ils ont émis le voeu de voir cette crise résorbée dans l'intérêt des pays concernés", indique le communiqué.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 14 novembre
Les présidents chinois et américain s'engagent à renforcer le partenariat sino-américain
Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis
Pourquoi les marques internationales adoptent-elles en Chine une attitude « à double critère »
Faut-il vraiment limiter les émissions de divertissement à la télévision ?