Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 24.11.2011 08h29
Egypte : l'armée promet la remise du pouvoir d'ici juillet

Le chef de l'armée égyptienne a promis de remettre le pouvoir à un président civil d'ici juillet, et a proposé un référendum sur la fin immédiate du pouvoir de l'armée dans le pays.

Le maréchal Hussein Tantaoui, chef du conseil militaire qui dirige l'Egypte depuis la chute d'Hosni Moubarak en février, a fait savoir mardi que l'armée ne recherchait pas le pouvoir.

Hussein Tantaoui

Maréchal égyptien

"L'armée est prête pour retourner dans ses casernes immédiatement si le peuple en exprime le souhait par le biais d'un référendum, si nécessaire. "

Il a également fait savoir que les élections parlementaires seraient tenues comme prévu à partir de lundi, et que l'élection présidentielle aurait lieu en juin 2012. Le conseil a accepté la démission du cabinet du Premier ministre Essam Sharaf, qui sera remplacé par un gouvernemtn national, ce qui devrait permettre à l'Egypte de se rapprocher d'un gouvernement civil.

Mais alors que la nouvelle se répendait au Caire sur la place Tharir, où des dizaines de milliers de personnes manifestaient contre l'armée, les protestataires s'en sont pris à Tantaoui. Bravant les nuages de gaz lacrymogène, les manifestants ont rejeté l'offre, en qualifiant le référendum de tactique destinée à gagner du temps, tout en scandant des slogans lui demandant de se retirer.

Etudiante

"Le communiqué de Tantaoui est une provocation. Il pousse les gens à voir les révolutionnaires commes des délinquants. Ce n'est pas vrai. Les gens espéraient une réaction bien plus forte que cela."

Ihab Wahid

Programmateur informatique sans emploi

"Des fausses promesses -- pour gagner du temps et pour mobiliser ce qu'il reste de l'ancien régime et pour nous attaquer et nous disperser. Il n'y aura jamais aucune vraie réforme, parce que les réformes voudraient dire que ceux qui sont en charge puissent être tenus responsables. "

Les concessions accordées lors d'une rencontre entre l'armée et des politiciens ont été reprochées aux militaires par cinq jours de manifestations sur la place Tahrir et de nombreuses autres villes. Les violences ont fait 36 morts et plus de 1250 blessés.

[1] [2]

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
L'APL met en place un département de planification stratégique
Nouvelles principales du 23 novembre
La liste des écrivains riches ne cache pas la vie modeste d'écrivains en Chine
La Chine et les Etats-Unis assument la responsabilité du redressement économique mondial
Les Américains d'origine chinoise qui désirent faire une carrière politique doivent commencer à partir de « grass roots »