Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 20.12.2011 08h13
Ouverture au Maroc d'une conférence arabe sur la lutte contre la corruption

Les travaux de la troisième session de la Conférence annuelle du Réseau arabe pour le renforcement de l'intégrité et la lutte contre la corruption ont débuté, lundi à Fès, plus de 200 km à l'est de Rabat, avec la participation de représentants de gouvernements, des secteurs privé et public, de bailleurs de fonds et d'experts de différents pays arabes, a rapporté l'agence de presse MAP .

Placée sous la thématique des "mécanismes pour le renforcement de la participation collective dans la lutte contre la corruption et les perspectives de son développement dans les pays arabes", cette rencontre de trois jours est organisée par l'Instance centrale de prévention de la corruption (ICPC), le programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Réseau arabe pour le renforcement de l'intégrité et la lutte contre la Corruption.

Ouvrant les travaux de ce congrès, le président de l'ICPC, Abdesselam Aboudrar, a souligné que cette session coïncide cette année avec la tenue à Marrakech de la 5ème conférence annuelle de l'Association internationale des autorités anti-corruption (IACAA) et de la 4ème session de la Conférence des Etats parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption, en reconnaissance aux efforts du Maroc en matière de mise en oeuvre des mécanismes de coopération arabe, régionale et internationale dans la lutte contre la corruption.

Cette rencontre reflète aussi le niveau de développement de la coopération inter-arabe en matière de lutte contre la corruption, à travers la moralisation structurelle de tous les niveaux de la vie publique dans les pays arabes, a indiqué M. Aboudrar, notant à, cet effet, que le Maroc n'a cessé de son coté d'exprimer son attachement profond aux normes universelles d'intégrité, de transparence et de lutte contre la corruption, notamment en adhérant à la convention onusienne de lutte contre la corruption.

Mettant l'accent sur l'importance de la participation de la société civile dans ce domaine, M. Aboudrar a relevé qu'elle constitue un " partenaire incontournable" dans l'élaboration et le suivi de la mise en oeuvre des politiques de lutte contre la corruption, mais aussi dans la promotion des actions de sensibilisation et d'éducation aux valeurs d'intégrité.

La reconnaissance des rôles de la société civile implique aussi de mettre l'accent sur les contraintes qui entravent le travail des associations, en veillant à mettre en place les mécanismes juridiques et organisationnels à même de simplifier les procédures de leur création, reconnaître leur qualité de partie civile et soutenir leurs actions de diffusion de la culture de lutte contre la corruption, a-t-il relevé.

Créé le 30 juillet 2008, le réseau arabe pour le renforcement de l'intégrité et de la lutte contre la corruption est un centre régional pour le réseautage de connaissances, de développement des capacités et de dialogue des politiques en matière de lutte contre la corruption.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le vice-président chinois appelle à renforcer l'édification de l'organisation du PCC
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclater?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis