Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 21.01.2012 08h47
Le Kenya cherche à établir de nouvelles missions diplomatiques sur les marchés émergents

Le Kenya donnera la priorité à l'établissement de nouvelles missions diplomatiques sur les marchés émergents, du fait qu'il cherche à équilibrer les destinations de ses exportations avec les volumes substantiels destinés à l'Union européenne, a annoncé jeudi un haut responsable du pays.

Cette décision a été prise suivant les tendances de l'économie mondiale, avec une croissance solide des marchés émergents au cours de la dernière décennie, qui augmente leur demande pour les biens et les services.

"Les nouvelles missions diplomatiques se concentrent ces dernières années sur les marchés émergents du fait qu'ils peuvent offrir de nouvelles opportunités commerciales. Mais nous n'allons fermer aucune mission. Nous devons les maintenir afin de garder nos liens avec les vieux amis", a indiqué Mwangi Thuita, secrétaire permanent du ministère kenyan des Affaires étrangères.

M. Mwangi a révélé que la décision de donner la priorité aux relations diplomatiques avec les marchés émergents était également basée sur le nouveau plan du pays de poursuivre une diplomatie orientée à l'économie.

Au cours de la dernière décennie, le Kenya a été attaché à établir des relations plus solides avec le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine, l'Afrique du Sud ou les BRICS, tout en cherchant à devenir un pays à revenu intermédiaire d'ici 18 ans, par le biais du plan Vision 2030.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Sélection du Renminribao du 20 janvier
Nouvelles principales du 20 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?