Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 03.02.2012 11h07
Vivre avec le SIDA au Kenya

Une des réussites célébrées aujourd'hui en Afrique est la progression du combat contre la propagation du SIDA. D'après les statistiques de l'Organisation du SIDA de l'ONU, le nombre des nouvelles infections est tombé de plus de 20% depuis 1997. Le taux des personnes infectées a chuté remarquablement dans 22 pays et plus de la moitié des 6,6 millions de personnes qui ont besoin d'un traitment le reçoivent. Portrait de Joe Muruiki qui vit depuis 22 ans avec le SIDA.

Il n'a pas été facile d'en arrivé là, mais Joe Mureithi Muriuki est vraiment un homme extraordinaire. Il est celui qui a fait parler toute la nation du SIDA à une époque où le silence était la norme. Joe a été la première personne à annoncer publiquement sa séropositivité peu de temps après son diagnostique.

Joe Muriuki

Séropositif

Ma principale motivation de cette annonce publique était de montrer ce qu'est la réalité de vivre avec le VIH

Et ce fut un voyage plein de difficultés et de tribulations. Mais le triomphe de cet homme courageux intervint en 1990, à l'âge de 30 ans, quand il révéla publiquement sa séropositivité, ce que personne n'aurait osé faire. A l'époque comptable au conseil municipal de Nairobi, Joe avait été diagnostiqué séropositif 4 mois auparavant, en septembre 1989

Joe Muriuki

Porteur de virus de SIDA

Les gens ne savaient rien du VIH. Ils parlaient du SIDA comme de la mort. Et d'ailleurs le docteur qui m'a appris ma séropositivité m'a dit que je n'avais plus que trois mois à vivre. Alors je suis rentré dans mon village, pour attendre la mort.

Bien entendu, les premiers mois et années ont extrêmement difficiles pour Joe et sa famille. A l'époque ses deux enfants avaient 4 et 2 ans et Jane, sa femme, ultérieurement testée negative, était enceinte de trois mois de leur troisième enfant.

Jeff Muriuki

Fils de Joe

Je savais que j'étais différent quand je n'arrivais pas à me faire des amis. Les enseignants vous traitent différemment et on se retrouve isolé en classe.

Pire encore, après quelques années, les gens ont commencé à douter de la séropositivité de Joe. Alors que des millions succombent au fléau, Joe est toujours vaillant, 22 ans plus tard, et ce n'est qu'en décembre dernier qu'il a été mis sous traitement anti-retroviral.

Joe Muriuki

J'ai tout essayé, mais les docteurs me disaient que je n'avais pas besoin du traitement anti-rétroviral. Il était plus question de mon attitude, j'ai fait très attention à mon alimentation, mon hygiène et j'ai fait de l'exercice.

Il existe beaucoup de gens comme Joe qui peuvent se promener, discuter et travailler à leur guise. En fait, pour Joe sa séropositivité a eu des bons côtés. Il a obtenu un diplome de master de santé publique et il est maintenant en doctorat. Joe est le coordinateur régional du réseau des gens vivant avec SIDA et est aussi membre du tribunal du SIDA qui s'occupe des plaintes en rapport aux affaires de VIH.

Jane, séronégative, continue à le soutenir, même s'ils se sont séparés il y a trois ans. Ses trois garçons, Jeff, Mike et le dernier Eric, testé négatif dans le ventre sa mère, sont tous à l'université.

21 ans plus tard, autour de Joe, il y a plus d'un million de gens infectés par le VIH au Kenya. Et presque autant d'enfants sont ainsi devenus orphelins. Un nombre des enfants presque égal sont devenus orphelins comme une conséquence. Bien que très peu de progrès aient été accomplis dans le combat contre le SIDA, pour Joe et beaucoup d'autres, c'est la liberté qui compte et fait la différence.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 2 février
Sélection du Renminribao du 1er février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?