Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 14.02.2012 16h17
Kenya : parade de fleurs pour la Saint-Valentin

Au Kenya, l'industrie horticole a connu un petit coup de fouet, avec une demande en hausse de 10% à la veille de la Saint-Valentin, pour une clientèle originaire principalement d'Europe et d'autres pays occidentaux. Malgré cela, l'industrie se montre prudente et s'attend à une baisse de la demande en raison d'une économie européenne affaiblie. Une fête des amoureux entre fleurs et chocolats, qui a aussi son impact sur l'industrie horticole du Kenya.

Voici la ferme horticole de Maridadi à Naivasha. Le Kenya est une ruche d'activités. Et c'est actuellement le pic de la saison florale... La Saint-valentin pointe enfin le bout de sa flèche...Conséquence : une immense demande en fleurs, chocolats et autres petits plaisirs, typiques de cette fête des amoureux. Et donc les employés doivent également redoubler d'efforts pour satisfaire les demandes venant d’Europe avant la date butoir.

Et malgré les défis actuels auxquels l'Europe est confrontée, les gens ne se sentent pas obligés de réduire leur budget-fleurs. En réalité, le secteur horticole au Kenya est en plein essor. Mais en raison de l'inflation locale et de la hausse des taux d'intérêt, les coûts opérationnels sont plus élevés. Accompagnés d'autres articles agricoles, les fleurs et les produits horticoles occupent le 3ème rang au titre des principales sources exportatrices et de revenus du pays. A la ferme de Maridadi à Naivasha, les affaires vont bon train. Le directeur Jack Kneppers est d'excellente humeur, mais reste modeste quand on le questionne sur ses affaires.

Jack Kneppers

Directeur de la ferme de Maridadi

"La plupart des prix restent raisonnablement identiques, nos prix moyens ont été relevés d'environ 5 à 10% par rapport à l'année dernière."

A la ferme horticole Van den berge située à proximité, les ouvriers se préparent pour le jour spécial avec tous les produits qui doivent prochainement être exportés sur le marché néerlandais. La ferme a augmenté sa production pour cette période.

Alors que les prix ne semblent pas avoir trop évolué, beaucoup de fermes recueillent les bénéfices d'un euro ou d'un dollar fort face au shilling kenyan, c'est-à-dire qu'ils pourront néanmoins gagner davantage au cours de cette Saint-Valentin 2012.

Jack Kneppers

Directeur de la ferme de Maridadi

"C'est bon pour nous car nous vendons nos fleurs en euros, et nous recueillons plus de shillings pour nos euros. C'est bon pour nous."

Selon le Conseil kenyan horticole, l'industrie regarde plus loin en vue de développer de nouveaux marchés, alors que certains marchés rivaux ont été lourdement frappés par un climat rigoureux. Désormais, il semble que les fermiers horticoles kenyans dominent ce secteur, où fleur rime avec bonheur.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 13 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?