Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 26.02.2012 10h53
Côte d'Ivoire : le parti de Laurent Gbagbo prêt à reprendre le dialogue avec le pouvoir

Le Front populaire ivoirien (FPI), parti de l'ex-président Laurent Gbagbo, va reprendre le dialogue avec le régime d'Alassane Ouattara, a annoncé vendredi à Abidjan son secrétaire général par intérim, Laurent Akoun.

"Nous reprenons les échanges. Nous sommes ouverts à toutes les initiatives visant à faire avancer la Côte d' Ivoire et nous espérons que les choses vont avancer", a déclaré Laurent Akoun à l' issue d' une rencontre avec le chef de l' Opération des Nations unies en Côte d' Ivoire (Onuci), Bert Koenders.

Le FPI qui se dit "soucieux de la quiétude du pays" a "espoir" de débattre de ses "nombreuses attentes" et attend que les nouvelles discussions "ramènent des résultats" qui consolident la paix.

Un dialogue "républicain" avait été ouvert, avant l' élection législative de décembre dernier, entre l' ancien régime et le nouveau pouvoir mais vite interrompu après le transfèrement de Laurent Gbagbo devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye où il pourrait être poursuivi pour "crimes de guerre" et "crimes contre l' humanité" commis lors de la crise post-électorale de novembre 2010 en Côte d' Ivoire.

Le FPI qui réclamait, notamment, la libération de ses responsables emprisonnés, le dégel de leurs avoirs et la recomposition de la Commission électorale indépendante (CEI) avait dû se résoudre à boycotter le scrutin législatif et annoncer la suspension de sa participation à toutes les activités de réconciliation nationale.

Pour le représentant spécial du secrétaire général de l' Onu en Côte d' Ivoire, Bert Koenders, sa rencontre avec le FPI a pour but "le redémarrage de la vie politique dans le pays".

"Cela est important pour les Nations unies de s' assurer qu' il y a un dialogue politique ouvert", a-t-il affirmé.

Il s' agissait de trouver, selon lui, "les modalités" de la reprise du dialogue politique entre l' ancien parti au pouvoir et le nouveau régime.

Le chef de l' Onuci avait annoncé jeudi la reprise de ses consultations "régulières" avec les acteurs politiques nationaux afin de "poursuivre la promotion du dialogue politique pour contribuer à la recherche de solutions aux défis multiples que le pays doit relever".

Après les partisans de Laurent Gbagbo, Bert Koenders doit rencontrer la coalition au pouvoir regroupée au sein du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

Les questions de sécurité, la réconciliation nationale, le rétablissement de l'autorité de l'Etat et le redressement économique sont au centre des rencontres séparées de M. Koenders.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 24 février
Nouvelles principales du 24 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?