Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 04.03.2012 12h40
Les Etats-Unis envisagent de s'opposer à tout nouveau financement et/ou engagement de la Banque mondiale à Madagascar

Les Etats-Unis revoient sa position sur la stratégie intérimaire de la Banque mondiale (BM) pour la grande île et envisagent de s'opposer à tout nouveau financement et/ou engagement de la BM à Madagascar, a indiqué samedi un communiqué officiel de son ambassade à Madagascar.

Le représentant résidant de la BM à Madagascar, Adolfo Brizzi, a déclaré le 21 février dernier que « cette institution va reprendre le financement de tous ses projets en faveur de Madagascar entrant dans son programme intérimaire qui s'étend sur une période d'un an et demi, à partir de début 2012 à Juin 2013».

« Depuis la crise et avec la suspension de l'aide internationale, la pauvreté a augmenté de plus en plus et la gouvernance dans le pays se détériore. Si nous ne faisons rien, le coût de l'inaction sera important » a déclaré Adolfo Brizzi en ce temps.

Dans son communiqué de samedi, les Etats-Unis déclarent que « bien que les raisons poussant la BM à favoriser des programmes abordant la pauvreté extrême à Madagascar soient claires, ils ne peuvent soutenir et vont tenter d'empêcher tout réengagement de la BM, à moins que, ou jusqu'à ce qu'un gouvernement légitime soit en place et que ledit gouvernement prenne des mesures substantielles pour aborder le problème grandissant de la traite de personnes ».

« Les Etats-Unis continuent à considérer le gouvernement de fait à Madagascar comme un régime illégitime, et ont de graves préoccupations sur la détérioration constant dans le domaine de l' état de droit, tel que la reflète, entre autres, l'intensification alarmante du problème de traite de personnes », a-t-on précisé.

Rappelons que le portefeuille de la BM actuelle contient 14 projets à hauteur de 900 millions de dollars. A cause de la crise politique débuté depuis 2009 au pays, ils ont été suspendus et le solde non décaissé disponible s'élève à près de 220 millions de dollars.

Notons que Madagascar est en crise depuis le mois de décembre 2008 suite à la fermeture de la radio privée du maire de la capitale à l'époque, Andry Rajoelina par l'ancien président malgache, Marc Ravalomanana. Rajoelina a contesté cette décision et a dirigé une manifestation populaire conduisant à la démission de Ravalomanana. Il a pris le pouvoir en mars 2009 avec l'aide des militaires et est devenu le président de la transition. Ravalomanana s'est exilé en Afrique du Sud et depuis, la communauté internationale nie le pouvoir de fait actuel et a suspendu toute aide au développement du pays.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 3 mars
Les deux sessions de l'APN et de la CCPPC : ce qui nous préoccupe et nous intéresse le plus
Manille joue à nouveau les fauteurs de troubles
Se battre pour ses droits fait partie de la vie des affaires