Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 06.03.2012 13h28
Côte d'Ivoire : Soro exhorte l'Opposition à ne pas rompre le dialogue

Le Premier ministre ivoirien Guillaume Soro a exhorté lundi à Abidjan l'Opposition ivoirienne à ne pas rompre le dialogue avec le Pouvoir.

M. Soro qui intervenait lors d'un entretien avec les journalistes sur les antennes de la télévision nationale a indiqué que l'Opposition a beaucoup de possibilités pour engager le dialogue.

"Il y a par exemple Commission dialogue, vérité, réconciliation (CDVR) qui se présente comme une tribune pour des échanges fructueux", a illustré le Premier ministre.

De l'avis de celui-ci, la politique de la chaise vide appliquée par le Front populaire ivoirien (FPI, parti de Laurent Gbagbo) a été une erreur.

"Le fait pour le FPI de ne pas aller aux élections législatives et de pas participer au gouvernement a été une mauvaise décision", a souligné Guillaume Soro.

"Je prie le FPI d'accepter le dialogue ; il ne faut pas qu'il pose de préalable", a-t-il ajouté, exhortant les opposants qui sont encore en exil à rentrer au pays.

"Qu'ils viennent sans crainte. Je donne la garantie de leur sécurité", a-t-il assuré, rappelant que le chef de l'Etat ivoirien Alassane Ouattara a toujours voulu tendre la main à l'opposition pour le reconstruction du pays.

A en croire le chef du gouvernement, la justice fera son travail en toute équité concernant les événements post-électoraux.

"Il n'y aura pas une justice des vainqueurs. Ceux qui seront coupables seront sanctionnés conformément à la loi quel que soit le camp dans lequel ils se trouvent", a énoncé Guillaume Soro.

Le Premier ministre se trouvait sur le plateau de la télévision nationale à l'occasion du bilan de son action à la tête du gouvernement.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 5 mars
Principales nouvelles du 5e mars
Deux sessions pour l'histoire…
Les deux sessions de l'APN et de la CCPPC : ce qui nous préoccupe et nous intéresse le plus
Manille joue à nouveau les fauteurs de troubles