Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 19.03.2012 11h04
RDC: l'Union des nationalistes fédéralistes favorable à un gouvernement ouvert

Le président de l'Union des nationalistes fédéralistes congolais (UNAFEC), Gabriel Kyungu wa Kumwanza, à l'issue de la consultation de son parti, dimanche à Kinshasa par l'Informateur, Charles Mwando Nsimba, formulé le vœu de voir le futur gouvernement de la RDC intégrer toutes les tendances politiques du pays.

"Il faut un gouvernement d'ouverture qui prête attention à toutes les tendances du pays", a-t-il déclaré.

Mwando Nsimba s'est, en outre, prononcé pour la nomination au poste de Premier ministre, d'un rassembleur qui sache miser sur les personnes. Quant à la taille de l'équipe gouvernementale, il demande la mise en place d'une équipe moyenne capable de rencontrer toutes les préoccupations de la population.

Pour sa part, Jean Claude Muyambo, leader de la Solidarité congolaise pour le développement (SCODE), s'est prononcé pour un Premier ministre compétent, rassembleur et prenant en compte l'opposition politique et la majorité présidentielle.

Du côté de l'UDECO, Banza Mukalay ne considère pas l'ouverture comme une panacée. "Il n'est pas nécessaire d'avoir un gouvernement d'ouverture pour garantir la cohésion nationale", a-t-il fait savoir.

Le calendrier des consultations de l'Informateur prévoit, lundi, des rencontres avec le Mouvement de libération du Congo (MLC), l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS)/Tshisekedi et les chefs coutumiers.

Il faut rappeler que Kyungu wa Kumwanza est un ancien co-fondateur de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) de l'opposant Etianne Tshisekedi.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 16 mars
Sélection du Renminribao du 16 mars
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation
Des sessions pas comme les autres