Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 22.03.2012 13h19
Mali : la mutinerie des soldats gagne Gao après Kati et Bamako

La mutinerie des soldats maliens a aussi gagné Gao, ville située à 1.200 km au nord-est de Bamako, où des coups de feu ont été entendus, selon un militaire joint au téléphone par Xinhua.

"Depuis quelques minutes, on entend des coups de feu tirés en l'air. C'est presque la panique dans la ville où les gens se précipitent pour aller se mettre à l'abri dans leurs maisons", a indiqué la même source.

Plus tôt dans la journée, des militaires du Camp Soundiata à Kati, ville située à 15 km de Bamako, se sont emparés d'armes et de l'artillerie lourde pour se rendre au palais présidentiel. Dans l'après-midi, ils sont descendus à Bamako, où ils ont pris le contrôle de la télévision d'Etat ORTM.

Autour de la présidence, où s'est une réunion de crise avec les hauts gradés, les forces armées ont déployé des véhicules blindés après la mutinerie de Kati.

Selon certains habitants de la rive droite du fleuve Niger dans la capitale malien, les mutins contrôleraient maintenant les deux ponts de Bamako et progresseraient vers l'aéroport international de "Bamako-Sénou".

Le Groupement mobile d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGM) essayent de se positionner aux carrefours stratégiques pour éviter les actes de vandalisme.

Pour le moment, on ne déplore aucune victime civile puisque les militaires se contentent de tirer en l'air.

Selon des sources proches des mutins, ceux-ci revendiquent plus de moyens pour combattre les rebelles dans le nord du pays et un " changement" radical dans le commandement des troupes.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 21 mars
L'« aurore » a-t-elle fait son apparition en Libye ?
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation