Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 30.03.2012 08h34
Madagascar commémore le 65ème anniversaire de l'insurrection du 29 mars 1947

Le 65ème anniversaire de l' insurrection du 29 mars 1947 pendant laquelle, des dizaines de milliers de Malgaches réclamant l'indépendance de Madagascar sous l'emprise de la France ont été assassinés et massacrés par l'armée coloniale française, est commémoré officiellement comme chaque année, ce jeudi dans toute la grande île.

A Antananarivo, le Premier ministre Omer Beriziky a représenté l'autorité de transition pour assister, en compagnie des chefs du parlement de transition et de quelques membres du gouvernement aux activités de commémoration.

Un culte oecuménique dans la cathédrale d'Analakely, dans le centre ville d'Antananarivo, la capitale malgache, a commencé la commémoration de ce jour.

L'habituel dépôt de gerbe pour les martyrs de l'insurrection du 29 mars 1947 à la stèle de Jean Ralaimongo d'Ambohijatovo, également dans le centre ville, et au Mausolée à Avaratr' Ambohitsaina où il y a le cimetière des nationalistes victimes, ont continué la commémoration.

A Ambohijatovo, une cérémonie de remise de médaille de "l'Ordre de combattant national de 1947 et 1948 et la décoration de la libération nationale", a été effectuée pour les 35 anciens combattants et héros de la nation.

Quant au président de la transition, Andry Rajoelina, il a choisi la ville de Manakara, chef-lieu de la Région de Vatovavy Fitovinany (sud-est), pour abriter la cérémonie officielle de commémoration des événements de 1947.

A part le dépôt de gerbe habituel, Rajoelina, accompagné par quelques membres du gouvernement de la transition, ont en même temps procédé à l'inauguration de la nouvelle stèle des martyrs de 1947, jeudi matin.

Par ailleurs, à Moramanga, une ville à 110 Km à l'est d' Antananarivo, considérée comme la ville stratégique pendant la période coloniale, les autorités locales et quelques membres du parlement de la transition, ont procédé au dépôt de gerbes sur la grande stèle 1947 où il y a près de 2.500 combattants enterrés dans le cimetière.

Depuis le 26 mars dernier, une exposition de photos d'archives datant du temps de la colonisation jusqu'à la manifestation de 1947 dont le thème étant "un peuple sans histoire est un peuple sans âme et sans avenir", se tient jusqu'au samedi pour démontrer aux Malgaches d'aujourd'hui ce que les anciens ont enduré dans le temps pour avoir l'indépendance.

A cette occasion, Omer Beriziky a souligné que "les histoires de notre pays ne s'oublient jamais et que nous devrions en tirer des leçons de l'évènement de 1947 pour améliorer l'avenir de notre nation".

Il a noté que les négociations pour l'obtention des archives sur cette affaire auprès du gouvernement français est à entreprendre, suite à la demande du Ministre de l'Armée, le Général Lucien Rakotoarimasy.

L'insurrection du 29 mars 1947 était prévue dans cinq villes de la grande île à savoir Antananarivo (centre) Moramanga (est), Manakara, Fianarantsoa (sud) et Diégo (nord) mais les actions entreprises n'auront été plus ou moins réussies qu'à Manakara et à Moramanga, précisent les historiens.

Il reste dans toute la grande île, près de 2.585 personnes parmi les anciens combattants de 1947.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions
Crise iranienne : la politique « deux poids deux mesures » des Etats-Unis
Regards sur le futur ralentissement économique de la Chine