Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 05.04.2012 08h42
Madagascar : la mouvance Ravalomanana menace de sortir des institutions de la transition

La mouvance de l'ancien président malgache Marc Ravalomanana menace de sortir des institutions de la transition si les experts juridiques internationaux ne supervisent pas le processus de la loi d' amnistie, rapport mercredi le quotidien Midi Madagasikara.

Cette mouvance insiste sur l'application des articles 16 et 20 de la Feuille de route pour la sortie de crise malgache signée le 17 septembre dernier.

Ces articles prévoient l'annulation de poursuites judiciaires contre l'opposition et le retour sans condition des exilés politiques et garantissent ainsi la participation de Marc Ravalomanana aux prochaines élections présidentielles.

A cette fin, le chef de la mouvance Ravalomanana et en même temps président du Congrès de la Transition, Mamy Rakotoarivelo, a sollicité la venue dans la Grande île des experts juridiques de la Troïka de la Communauté de développement de l'Afrique australe ( SADC) afin de superviser le processus d'adoption de la loi d' amnistie, a précisé Midi.

Selon Mamy Rakotoarivelo, "Ravalomanana n'est pas concerné par l'amnistie étant donné que la justice qui l'a jugé était incompétente mais les poursuites judiciaires lancées contre lui sont des manuvres politiques pour l'écarter du processus électoral".

"Si notre requête n'est pas exécutée, la participation de la mouvance Ravalomanana dans les institutions n'a plus de raison d' être", a précisé Mamy Rakotoarivelo.

Le projet de loi d'amnistie est actuellement débattu en session extraordinaire du parlement de la transition qui a débuté depuis mardi pour une durée de 12 jours.

Selon la feuille de route, "la loi d'amnistie sera ratifiée par le Parlement de Transition et aucune élection ne devra avoir lieu avant cette ratification".

Madagascar est en crise depuis décembre 2008 suite à une opposition entre Ravalomanana et le président de la transition actuelle Andry Rajoelina qui était encore maire de la capitale à l' époque. Des manifestations populaires dirigées par Rajoelina a conduit à la démission de Ravalomanana et la prise de pouvoir de Rajoelina en mars 2009.

Depuis, des rencontres internationales ont été organisées pour trouver les résolutions de la crise malgache, entre autres, la feuille de route signée par onze entités politiques malgaches et qui prévoient l'accomplissement de différents points essentiels avant la tenue des prochaines élections.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme