Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 11.04.2012 16h06
Assistance à l'Afrique pour qu'il puisse y naître un « mécanisme producteur du sang »

Ces derniers temps l'Afrique fait face à diverses difficultés : la menace de la division et de la séparation s'aggrave au Mali, les fréquents conflits ethniques en Libye, l'escalade de la violence sectaire au Nigeria, … etc. Et si l'on se rappelle des horreurs, des malheurs et des désastres dus à la guerre civile en Côte d'Ivoire, à l'indépendance du Soudan qui fait que le pays est divisé et partagé en deux et à la guerre en Libye, on peut dire qu'il est apparu dans une partie du continent une nouvelle période de changements brusques, mouvementés et violents. En même temps, l'ensemble de l'Afrique se trouve actuellement dans une phase de développement économique rapide. Selon les prévisions du Fonds monétaire international (FMI), pour l'Afrique, son taux de croissance économique se maintiendra à 6% cette année., ce qui est à peu près au même niveau de celui de l'Asie qui est reconnue pour être la région la plus active et la plus dynamique du monde.

La « période mélangée » mêlée du développement et de l'agitation apporte en même temps à l'Afrique et l'espoir et l'inquiétude. Pour ce qui est du continent africain, son sort et son destin n'ont jamais été tels qu'ils le sont aujourd'hui et surtout tellement intimement liés et unis au destin du monde entier dont la paix et le développement en subissent les conséquences. Toutefois, au moment de la diversification et de la multi polarisation du développement économique mondial, la jouissance des fruits du développement doit nécessairement diversifiée parallèlement. N'importe quel endroit de la planète, si ses habitants ne peuvent pas jouir des succès de la mondialisation économique, il est fort possible alors qu'il se produise une certaine force qui entrave et qui empêche le développement économique mondial.

Le destin de l'Afrique est entre les mains des Africains eux-mêmes. Le problème clé du développement africain réside dans la naissance interne d'un « système producteur du sang », lequel se rapporte non seulement à l'économie, mais également à la politique. Le développement ultérieur de l'Afrique dépend principalement de la possibilité, pour les pays africains, d'établir petit à petit entre eux, par le biais de la coopération économique et commerciale, un mécanisme d'intégration permettant le développement harmonieux et coordonné de l'économie et de la politique.

En cas d'instabilité en Afrique, il serait difficile aux autres pays du monde de réaliser un développement stable. A cet effet, pour que l'Afrique puisse se développer de manière stable, il serait nécessaire que la communauté internationale d'investir davantage et d'apporter son soutien constructif et positif à la naissance à l'intérieur de l'Afrique d'un « mécanisme producteur de sang ». Pour le moment, la communauté internationale, et tout particulièrement les entités économiques émergentes, doit accroître ses investissements dans la réalisation des projets d'infrastructure en Afrique et faire des efforts pour aider les pays africains à améliorer et à perfectionner sa main-d'œuvre et surtout à élever le niveau de capacité de celle-ci.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Pour une redécouverte de l'esprit de Bandung
Mali : triomphe du régime constitutionnel
Les Etats-Unis sont responsables de la hausse des dépenses militaires en Asie