Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 01.05.2012 12h07
Le président mauritanien s'engage à sanctionner les auteurs de l'incinération de livres religieux musulmans

Le chef de l'Etat mauritanien s'est engagé à sanctionner les auteurs d'autodafés de livres islamiques vendredi Nouakchott, à l'initiative d'une ONG anti-esclavagiste IRA.

Le président Ould Abdel Aziz s'exprimait, dimanche soir, devant des manifestants conduits par des oulémas et des imams venus protester contre l'incinération de livres islamiques du rite malikite sunnite par des membres de l'ONG.

Les antiesclavagistes, dont le leader, Biram Ould Dah, et quatre autres membres ont été arrêtes samedi, estiment que ces livres ont contribué à enraciner la mentalité esclavagiste dans la société mauritanienne.

« La Mauritanie est un Etat islamique qui préserve ses croyances sacrées et ne ménagera aucun effort pour les défendre avec tous les moyens. Par conséquent, elle n'est pas un Etat laïc et ne doit pas l'être », a souligné le chef de l'Etat devant les manifestants qui exigeaient « une sanction sévère contre de Biram, auteur d'acte de profanation et d'hérésie ».

Ould Abdel Aziz a également promis d'appliquer toutes les lois en vigueur aux personnes arrêtées.« Notre Chariaa (loi islamique) est celle d'Allah et nous allons l'appliquer à cet égard avec toute la rigueur », a conclu le président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Vendredi dernier des militants antiesclavagistes avaient organisé, en marge d'une prière collective, un autodafé de livres du rite malikite sunnite en vigueur en Mauritanie.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La Chine s'engage à doubler le volume de son commerce avec l'Europe de l'Est et Orientale
L'armée chinoise s'engage solennellement à défendre le territoire
Une flagornerie exagérée qui vise à déstabiliser la Chine