Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 09.05.2012 13h31
RDC : le M23, un nouveau mouvement rebelle dans l'est (ANALYSE)

Des soldats mutins fidèles au général Bosco Ntanganda viennent de créer un nouveau mouvement rebelle appelé le M23, en référence à l'accord de paix signé le 23 mars 2009 qui a permis aux rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) d'intégrer les Forces armées de la RDC ( FARDC).

Selon des membres de la société civile du Nord-Kivu, ce mouvement rebelle au contour flou a été créé par le général mutin Bosco Ntanganda et ses proches avec pour objectif de se repositionner sur la scène politique au moment où les institutions issues des élections se mettent en place.

En outre, le M 23 voit le jour alors que les Forces armées de la République démocratique du Congo ont annoncé une trêve de cinq jours pour permettre aux soldats mutins de rentrer dans les casernes. Depuis samedi dernier, les FARDC ont lancé une vaste offensive contre les soldats mutins qui sont restés fidèle au général Bosco Ntanganda.

De l'avis de plusieurs observateurs, le général Bosco Ntanganda, poursuivi par la Cour Pénale Internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, est en train de préparer un nouveau scénario qui lui permettra de revenir en force sur la scène politique congolaise.

En créant ce mouvement, le général Bosco Ntanganda veut montrer qu'il reste encore un acteur clé pour la paix dans l'est du Congo, notamment dans la province du Nord-kivu, acteur incontournable avec qui le gouvernement congolais se doit de négocier et de collaborer.

Par conséquent, les autorités congolaises se verront contraintes à ne pas le livrer la CPI. Les calculs de l'ancien numéro 2 du CNDP sont également renforcés par les liens que ce général entretient depuis plusieurs années avec beaucoup de responsables politiques et militaires congolais et aussi par ses relations étroites avec le réseau de trafiquants de minerais et d' armes dans l'est.

Bosco Ntanganda lui-même et beaucoup de ses acolytes sont impliqué dans l'exploitation illégale des richesses minières de l' Est de la République démocratique du Congo. Ce commerce illégal des minerais fait vivre beaucoup de groupes armés et chefs de guerre qui font la loi dans l'est du pays.

Pour des observateurs, la trêve déclenchée par les FARDC pour permettre aux mutins de rentrer dans leur caserne. Cette trêve est aujourd'hui inopportune car les hommes de Ntanganda, formés à la culture de la violence et de la terreur, ne sont pas près de rentrer dans les casernes. Et la trêve risque d'être pour Bosco Ntanganda une belle occasion pour s'organiser et se réarmer.

La seule façon d'étouffer ce mouvement rebelle en gestation est de procéder au lancement d'une vaste opération aéroterrestre militaire conjointe des FARDC et la Mission de l'ONU pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) afin de poursuivre et de traquer le général Bosco Ntanganda et ses hommes dans son dernier retranchement.

L'opération doit aussi bénéficier de l'appui des pays voisins, le Rwanda et le Burundi, pour que ces derniers empêchent de servir de base arrière à ces rebelles.

Le gouvernement congolais doit jouer franc jeu et ne doit pas lésiner sur les moyens pour restaurer l'autorité de l'Etat dans l' est du pays, en faisant de la lutte contre la corruption, l' impunité, le clientélisme et le commerce illégale des minerais son cheval de bataille, indiquent des observateurs, qui considèrent l' arrestation de Bosco Ntanganda comme une étape importante dans le processus de pacification de la partie est.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Chine : une ineptie qu'il est nécessaire de se débarrasser dans l'obtention du « diplômes supérieur fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE
La Chine s'engage à doubler le volume de son commerce avec l'Europe de l'Est et Orientale