Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 11.05.2012 08h37
L'ONU ne peut imposer au Soudan ce qu'il ne veut pas (président)

Le président soudanais Omar el-Béchir a déclaré jeudi que les Nations Unies ne pouvaient pas imposer à son pays ce que ce dernier ne voulait pas, faisant ainsi allusion à une résolution adoptée récemment par le Conseil de sécurité qui menace d'imposer des sanctions au Soudan et au Soudan du Sud s'ils ne cessaient pas les hostilités.

M. el-Béchir s'est exprimé à ce propos lors d'une fête organisée par le ministère soudanais du Pétrole jeudi à l'occasion de la reprise du pompage de pétrole dans le champ de Heglig, qui a récemment été le théâtre d'affrontements armés entre les armées du Soudan et du Soudan du Sud.

"Concernant les résolutions, nous appliquerons ce que nous voulons, et ni le Conseil de sécurité de l'ONU ni l'Union africaine ne nous obligeront à faire ce que nous ne voulons pas", a souligné le président.

Les propos du président soudanais s'inscrivent dans un contexte où les tensions augmentent entre le Soudan et le Soudan du Sud, depuis que les affrontements ont repris entre les deux armées à la frontière commune.

L'armée soudanaise a déclaré dans un communiqué mercredi que "des combats violents ont éclaté entre l'armée soudanaise et l'armée du Soudan du Sud à la frontière entre les deux pays, après quoi les forces de Khartoum ont réussi à repousser les forces sud-soudanaises et leur alliance des rebelles du Darfour".

Le Soudan du Sud a également accusé l'armée soudanaise d'avoir bombardé des régions sud-soudanaises et a menacé de porter plainte auprès du Conseil de sécurité de l'ONU contre le Soudan.

Le ministre sud-soudanais de l'Information, Barnaba Benjamin, a déclaré mercredi aux journalistes qu'un certain nombre de régions sud-soudanaises étaient visées par des frappes aériennes de l'armée soudanaise depuis les dernières 48 heures.

Le 2 mai, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté une résolution demandant au Soudan et au Soudan du Sud de "cesser immédiatement toutes les hostilités, y compris les bombardements aériens, avec les parties transmettant officiellement leur engagement à cet égard au président de la Commission de l'Union africaine et au président du Conseil de sécurité pas plus tard que 48 heures après l'adoption de cette résolution".

La résolution a par ailleurs demandé au Soudan et au Soudan du Sud "de rappeler inconditionnellement toutes leurs forces armées de leur côté de la frontière, en accord avec les Accords précédemment adoptés".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE
La Chine s'engage à doubler le volume de son commerce avec l'Europe de l'Est et Orientale