Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 18.05.2012 13h26
RDC : violents combats entre les FARDC et les mutins près de la frontière avec l'Ouganda et le Rwanda

De violents combats ont opposé jeudi matin les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) aux soldats mutins du général dissident Bosco Ntangada, près de la frontière avec l'Ouganda et le Rwanda, a déclaré à Goma Thomas Kabuya, de la société civile du Nord-Kivu.

Selon lui, des violents combats se déroulent à Jomba et à Bunagana, non loin de la frontière entre la République démocratique du Congo, l'Ouganda et le Rwanda.

"Des violents combats entre les FARDC Virunga, plus précisément du côté des volcans éteints de Mikeno et Visoke, frontaliers du Rwanda, dans le territoire de Rutshuru", a-t-il expliqué.

Les combats interviennent après une trêve de cinq jours que les FARDC avaient décrétée pour permettre aux soldats mutins de rentrer dans les casernes.

Le général Ntangada est recherché par la Cour Pénal Internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l' humanité dans l'est du Congo.

Pour échapper à son arrestation, le général Ntangada a créé, avec ses hommes, en début du mois de mai un mouvement rebelle appelé M23 et ont exigé des négociations avec le gouvernement de Kinshasa.

Mais, les autorités congolaises refusent toute négociation et soutiennent que Bosco Ntangada doit répondre de ses actes devant la justice.

Mardi dernier, le président Joseph Kabila a reçu dans sa ferme de Kingakati, à environ 130 km à l'est de Kinshasa, les députés élus du Nord-Kivu pour étudier ensemble des voies et moyens visant à neutraliser Bosco Ntangada et à restaurer la paix dans l'est.

Selon la société civile du Nord-Kivu, les affrontements entre les FARDC et les hommes du général Ntangada ont provoqué le déplacement de plusieurs milliers de personnes.

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a fait état de l'arrivée de plus de 8.000 personnes supplémentaires ces derniers jours dans les camps de Kamira, au Rwanda, où se trouvent déjà 55.000 réfugiés congolais.

Le HCR a mis en garde contre le risque d'épidémies comme le choléra, le paludisme, la fièvre typhoïde, en raison de cette présence massive des réfugiés congolais et de la promiscuité dans le camp de Kamira.

"Dans les camps de Kamira, au Rwanda, les réfugiés congolais vivent dans des conditions inhumaines et effroyables. Si la communauté internationale n'intervient pas dans l'est de la République démocratique du Congo, nous risquons d'assister dans les prochains jours à un véritable désastre humanitaire", a déclaré Juvénal Munubo Mubi, député national élu de Walikale, dans le Nord-Kivu.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Le protectionnisme est « myope »
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE