Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 22.05.2012 13h29
Mali : les "solutions diplomatiques" de la CEDEAO ont "échoué" (délégation de l'ONU)

Les "solutions diplomatiques" de la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) pour le retour à l'ordre constitutionnel au Mali ont "échoué" après l'attaque contre la résidence du président intérimaire, a estimé lundi à Abidjan une délégation du Conseil de sécurité de l'Onu en visite en Côte d'Ivoire.

"Il nous a semblé que les efforts de la CEDEAO pour trouver des solutions diplomatiques ont échoué et le processus est considérablement mis en danger par les derniers événements", a déclaré l'ambassadeur de France à l'Onu, Georges Araud, lors d'une conférence de presse à l'issue d'une séance de travail entre la CEDEAO et la délégation du Conseil de sécurité.

Des manifestants présentés comme favorables à la junte militaire malienne ont attaqué lundi la résidence du président intérimaire, Dioncounda Traoré, le blessant grièvement.

Cette attaque intervient après la signature d'un accord entre la CEDEAO et la junte désignant M. Traoré comme président de la transition pour une durée de 12 mois.

Pour M. Araud, "il faut envisager d'autres voies".

Georges Araud et l'ambassadeur du Togo, Kodjo Menan, sont les deux chefs de la délégation des représentants des membres du Conseil de sécurité de l'Onu arrivés dimanche en Côte d'Ivoire pour une visite de trois jours afin d'évaluer la situation du pays un an après l'arrivée au pouvoir d'Alassane Ouattara.

Le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Daniel Kablan Duncan, qui co-animait la conférence de presse a martelé que "la CEDEAO ne peut pas accepter un tel acte".

"Dès ce soir, elle va faire une déclaration", a-t-il annoncé avant de conclure qu"on ne peut pas continuer comme ça".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »