Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 28.05.2012 13h47
Mauritanie : limogeage "controversé" du président de la Cour suprême

Des acteurs judiciaires et politiques, dont l'Ordre national des avocats de Mauritanie, se sont insurgés contre le caractère anticonstitutionnel du limogeage du président de la Cour suprême, Seyid Ould Ghailany, prise jeudi dernier en Conseil des ministres.

Dans une déclaration à la presse, le bâtonnier M. Ahmed Salem Ould Bouhoubeiny a précisé que le président de la Cour suprême est désigné dans ses fonctions pour un mandat de cinq ans encore en cours.

Pour lui, le limogeage d'Ould Ghailany est contraire aux dispositions de la Constitution et tous les Mauritaniens doivent s'y opposer pour éviter que la loi ne soit bafouée.

Il a en outre exprimé toute sa solidarité avec le président de la Cour suprême, qui a été refoulé manu militari au moment où il devrait accéder dimanche matin aux locaux de la cour, accompagné d'autres personnalités dont des avocats du barreau de Nouakchott.

Des partis politiques, dont "Tawassoul" des islamistes modérés, ont rendu public un communiqué dans lequel ils ont vivement critiqué la décision de limogeage d'Ould Ghailany qu'ils ont qualifiée de "violation flagrante de la constitution"

Ould Ghailany qui occupe ses fonctions de président de la Cour suprême depuis plus de deux ans, a rejeté sa nomination comme ambassadeur au Yemen, se référant à la constitution qui lui garantit d'accomplir un mandat de cinq ans encore en cours.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »