Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 31.05.2012 13h38
RDC : le général insurgé Ntangana sera jugé par les juridictions congolaises

Le général insurgé Bosco Ntangana sera arrêté avec tous ceux qui sont avec lui et jugé par les juridictions de la RDC, a déclaré mercredi à la presse Lambert Mende, ministre congolais des Médias chargé des relations avec le Parlement et à la nouvelle citoyenneté.

"La RDC est décidée à juger Bosco Ntangana et c'est le juge congolais qui doit déterminer s'il faut l'envoyer à la Cour Pénale internationale (CPI)", a souligné le porte-parole du gouvernement.

Pascal Turlan, conseiller en coopération internationale au Bureau du Procureur de la CPI, avait réitéré auparavant son appel au gouvernement de la RDC pour l'arrestation et le transfèrement de Bosco Ntangana à la CPI.

Pour Turlan, qui a dit comprendre la complexité de la situation en RDC, le général Ntangana n'est pas un interlocuteur et il doit être arrêté pour répondre aux accusations de crime de guerres et crimes contre l'humanité portées contre lui.

En avril dernier, Human Rights Watch (HRW), ONG internationale de défense des droits de l'homme, avait demandé au président congolais Joseph Kabila d'ordonner l' arrestation du général Ntangana et son transfèrement à la CPI.

"Si la RDC veut que Ntangana soit jugé par les juridictions nationales, elle devra déposer un recours devant le juge de la CPI et cette dernière devra voir si c'est la meilleure proposition par rapport à ses propres structures", avait-il souligné.

Le général Ntangana, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt du CPI, est actuellement à la tête des soldats mutins qui ont lancé depuis un mois un nouveau mouvement rebelle appelé "M23". Ces militaires étaient membres du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), ancien mouvement rebelle.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »