Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 01.06.2012 09h35
L'UE renforce ses sanctions contre la junte militaire en Guinée-Bissau

L'Union européenne (UE) a annoncé jeudi, dans un communiqué, avoir renforcé ses sanctions contre la junte militaire en Guinée-Bissau, en ajoutant quinze individus à la liste des personnes visées par des interdictions de visa et des gels d'avoirs.

La décision de renforcer les sanctions de l'UE contre la junte bissau-guinéenne a été prise "compte tenu de la gravité de la situation actuelle dans le pays", selon le communiqué.

"L'UE a pris des sanctions contre les membres de la junte militaire, car ceux-ci menacent la sécurité et la stabilité de la Guinée-Bissau", a expliqué la chef de la diplomatie de l'UE Catherine Ashton dans le communiqué.

"Nous continuons à exiger le retour immédiat à l'ordre constitutionnel", a-t-elle ajouté.

L'aide au développement fournie par l'UE à la Guinée-Bissau avait déjà été suspendue depuis la mutinerie militaire du 1er avril, rappelle le communiqué, faisant remarquer que ce gel n' affecte toutefois pas l'aide humanitaire et l'assistance apportée directement aux populations.

Le Conseil de sécurité des Nations unies avait adopté le 18 mai des sanctions ciblées à l'encontre de cinq responsables du coup d' Etat du 12 avril en Guinée-Bissau.

Le coup d'Etat militaire du 12 avril a beaucoup affecté les institutions publiques de la Guinée-Bissau où un processus de transition politique est en cours après les nominations d'un président et d'un Premier ministre pour une période de douze mois.

Une force militaire ouest-africaine de quelque 600 hommes, composée de soldats du Burkina Fason, du Sénégal et du Nigeria, a achevé dimanche son débarquement dans le pays, afin de protéger les organes de transition et les personnalités politiques qui devront organiser des élections générales d'ici à un an.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »