Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 01.06.2012 13h31
Les investissements chinois sont bénéfiques pour l'Afrique

Réunis à Beijing pour la première édition de la Foire internationale du commerce de services, des responsables africains ont applaudi la coopération sino-africaine en plein essor.

"Nous avons des ressources dont la Chine a besoin et je ne crois pas que la Chine est en train de piller nos ressources", a déclaré le Premier ministre zimbabwéen Morgan Tsvangirai.

M. Tsvangirai était à Beijing pour assister à cette foire internationale qui a attiré plus de 22 000 fournisseurs de services de 82 pays et régions du monde.

Lors d'un forum sino-africain sur le commerce de services et l'investissement, M. Tsvangirai a rejeté les accusations de pillage des ressources africaines par la Chine, ajoutant qu'en dépit de la présence d'investissements chinois dans un grand nombre de secteurs, son pays décidait totalement de la façon dont les contrats devaient être exécutés.

La Chine est aujourd'hui le plus grand partenaire commercial de l'Afrique, avec un volume des échanges commerciaux atteignant un record de 160 milliards de dollars en 2011.

Le continent est également devenu une destination d'investissement majeure pour les entreprises chinoises, où plus de 2 000 d'entre elles ont investi dans divers secteurs allant de l'électronique, des télécommunications au transport.

Cependant cette coopération a déclenché les critiques de plusieurs pays, dont certains accusent même la Chine de néocolonialisme en Afrique.

L'ambassadeur d'Afrique du Sud en Chine, Bheki Langa, a déclaré lors du forum que les projets chinois en Afrique, comprenant la construction d'un barrage, d'un réseau de télécommunications, de routes et d'aéroports, avaient, au contraire, aidé à créer des emplois et favorisé le développement technologique dans le continent.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »