Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 04.06.2012 09h11
Au moins dix morts dans le crash d'un avion cargo à Accra

Un avion cargo s'est écrasé samedi soir à Accra, capitale du Ghana, et a heurté un minibus transportant des passagers, faisant au moins dix morts, ont fait savoir des responsables de l'aéroport d'Accra.

L'avion cargo a heurté un minibus garé en dehors du stade d'El Wak, à moins de 10 km de l'aéroport international Kotoka d'Accra, lorsqu'il tentait d'atterir à l'aéroport, ont appris des correspondants de l'agence de presse Xinhua.

Le vol DHV III, reliant Lagos du Nigeria à Accra, est sorti de la piste à l'atterrissage à 19h10, a fait savoir le directeur général de l'entreprise Ghana Airport Company, Doreen Owusu Fianko. Quatre membres de l'équipage ont survécu et étaient en train de recevoir des soins médicaux à la clinique de l'aéroport, a poursuivi le directeur général.

L'avion Boeing 727-200 s'est heurté avec un minibus, faisant dix morts, a indiqué M. Fianko, en ajoutant que les corps des victimes avaient été placés à la morgue d'un hôpital militaire. L'appareil accidenté devrait appartenir à une compagnie aérienne nigériane.

Le nombre de passagers à bord du minibus reste inconnu. Des témoins ont estimé qu'il y aurait 27 personnes dans le minibus.

Toutefois, un militaire sur la scène de l'accident a indiqué à Xinhua sous couvert d'anonymat que 24 personnes étaient à bord du minibus et que toutes ces personnes avaient trouvé la mort dans l'accident.

La raison de l'accident n'est pas claire pour le moment, mais il pleuvait samedi à Accra et la visibilité n'était pas bonne.

Des ambulances sont arrivées sur le lieu de l'accident, qui a été encerclé par la police. Des opérations à l'aéroport sont normales avec tous les vols comme prévu, a révélé M. Fianko.


[1] [2] [3]

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »