Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 06.06.2012 08h41
Une secte nigériane lance de nouvelles menaces sur les médias

Le groupe combattant du Nigeria connu sous le nom de Boko Haram a lancé lundi de nouvelles menaces sur les médias et journalistes, affirmant que les reportages de médias sur ses activités avaient été continuellement mensongers.

Abu Qaqa, s'exprimant au nom du groupe, a déclaré que les reportages de journalistes avaient soutenu les affirmations des agences de sécurité dans les villes troublées du nord du Nigeria, sans vérifier les dires de la secte.

Toutefois, M. Qaqa a souligné que les institutions de média ne devraient pas s'allier aux "ennemis" de la secte.

"Ceci est une mise en garde spéciale aux institutions de médias et aux journalistes, qui actuellement s'adonnent à l'exagération et privilégient les histoires que leurs fournissent nos ennemis même quand ces histoires et communiqués de presse ne sont pas véridiques", a-t-il dit.

"Il est malheureux que les médias transmettent ces affirmations mot-à-mot sans rien en supprimer ni rien en changer. Mais quand nous publions des informations et des communiqués de presse, les médias détournent le regard et font comme s'ils n'avaient pas reçu le message", a-t-il dit.

"Le plus préoccupant peut-être est que lorsque les médias transmettent ces informations, ils déforment ce que nous avons dit juste parce qu'ils veulent satisfaire l'ego de nos ennemis", a déclaré le porte-parole du groupe à la presse.

"Par conséquent, il ne faudra pas nous reprocher si nous attaquons des organisations de médias. Le minimum que nous attendons, si une institution ne veut pas nous fournir une représentation juste et fidèle, le mieux est de ne rien dire du tout quel que soit ce qui est dit ou celui qui le dit du côté du gouvernement. Tout média qui refuse de respecter ce sage conseil ne devra s'en prendre qu'à lui-même", a-t-il dit.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La retenue de la Chine est claire aux yeux de tous
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?