Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 15.06.2012 08h07
Pétrole : le Gabon mise sur l'offshore pour relancer sa production en baisse (PAPIER GENERAL)

Sixième producteur africain de pétrole pour une production nationale estimée à 230 000 barils par jour provenant d'environ 30 champs à l'heure actuelle, le Gabon mise sur ses gisements offshores pour relancer sa production, selon les autorités et les opérateurs du secteur pour qui "l' avenir se trouve en haute mer".

Selon les estimations, le pays possède 3,7 milliards de barils de réserves prouvées, les plus importantes d'Afrique centrale. Les autorités ont décidé de vendre de gré à gré 42 nouveaux blocs pétroliers, représentant une superficie totale de 108 000 km2, en offshore profond et très profond.

Pour Bonjean Minko Mi Ayi, directeur des ressources humaines et membre du comité de direction de Shell Gabon, "les champs offshores aujourd'hui charrient tous les espoirs. L'avenir est en haute mer. Le Gabon se trouve dans le même bassin sédimentaire que l'Angola et le Congo. Donc, on peut s'attendre à des découvertes aussi intéressantes que dans ces pays du Golfe de Guinée".

Plus grand opérateur pétrolier dans le pays devant Total, Perenco, Tullow Oil, Sinopec, la compagnie anglo-néerlandaise détient deux permis de recherche dont un pour une exploration de 2 000 mètres de profondeur, dans le grand bassin du grand Rabi (Sud).

"On explore déjà. Si tout se passe bien, on fera les forages l' année prochaine", a expliqué à Xinhua le directeur des ressources humaines.

Rabi est le bloc traditionnel de Shell Gabon. Découvert en 1985 puis mis en exploitation quatre ans plus tard, il produit actuellement 25 000 barils par jour, après avoir après atteint le pic de 220 000 barils par jour entre 1997 et 1998.

"Rabi a été le plus grand champ jamais découvert en Afrique", rappelle Bonjean Minko Mi Ayi.

Au total, la société produit 65.000 barils par jour pour l' heure. En dehors d'elle, Tullow Oil annonce de son côté cinq permis d'exploration offshore, dont deux devant Libreville, suite au rachat en 2004 d'Energy Africa qui représentait environ 7% de la production gabonaise, de l'avis de son directeur général, David Roux.

Avec ses 13.000 barils par jour, Tullow Oil représente au total 16% de la production gabonaise de l'or noir, provenant de l'exploitation de treize champs dont le plus grand et un des plus vieux Tchatamba qu'elle partage avec Perenco et Oranje Nassau, pour une production de 16 000 barils par jour.

C'est cette compagnie qui a découvert l'important gisement de Jubilee au large du Ghana, avec des réserves estimées à plus d'un milliard de barils et exploitables sur plusieurs dizaines d'années.

"On est en train de développer à côté d'autres découvertes", a confié Roux, qui rappelle encore la mise en évidence par son entreprise de "tout le pétrole sous le lac Albert en Ouganda".

"Il y a un mois et demi, nous avons fait une première découverte sur le lac Turkana au Kenya et puis la première découverte offshore au large d'Abidjan (en Côte d'Ivoire, ndlr) la semaine dernière par 2.200 mètres d'eau", se réjouit encore l' opérateur pétrolier.

Au Gabon, "l'exploration offshore n'a pas encore commencé. Quand l'Etat va nous donner le feu vert, on va commencer. Pour Libreville, ça commence à du peu profond et ça continue à du profond, jusqu'à 1.000 mètres d'eau", note David Roux.

Le forage est en tout cas prévu pour début 2013.

Dans une politique de préservation de l'environnement, les autorités gabonaises ont imposé aux compagnies pétrolières et gazières de réduire le torchage de gaz naturel produit, première source d'émission des gaz à effet de serre dans le pays, selon des sources officielles.

A en croire le ministre de l'Energie et des Ressources hydrauliques, Etienne Ngoubou, un total de plus de 2,3 milliards de mètres cubes de gaz ont été réinjectés dans les pipelines pour alimenter le réseau électrique.

A elle seule, Shell Gabon a fait éviter plus de 5,4 millions de tonnes de CO2, par le biais de cette réinjection, affirme-t-il.

Par Raphaël MVOGO

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La Syrie, un nouveau coup de menton de l'Occident
Un plan d'action enthousiasmant
Les relations sino-iraniennes