Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 25.06.2012 13h33
L'intégrité territoriale du Mali "n'est pas négociable", selon l'Algérie

Le ministre algérien délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, a souligné que l'intégrité territoriale du Mali "n'est pas négociable", dans la recherche de toute solution à la crise que traverse ce pays depuis des mois.

"J'avais dit que notre approche se décline en six urgences, dont la première porte sur la préservation de l'intégrité territoriale et la souveraineté du Mali", a déclaré dimanche à Alger M. Messahel lors d'un point de presse animée conjointement avec le ministre britannique des Affaires étrangères chargé des Affaires du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, Alistair Burt, en visite de travail en Algérie.

"Pour nous Algériens, comme pour le reste de la communauté internationale, l'intégrité territoriale (du Mali) n'est pas négociable", a-t-il fait remarquer.

Par ailleurs, M. Messahel a jugé qu'il serait possible de trouver une issue à cette crise par voie de négociation politique.

"Nous avons toujours privilégié la solution politique. Nous croyons aux vertus du dialogue et dans le dossier particulier de la situation au Mali, il y a toutes les indications qui font croire et penser que la solution politique négociée est possible et nous y travaillons", a-t-il poursuivi.

En proie à une situation particulièrement difficile après le coup d'Etat du 22 mars dernier et une rébellion dans le nord du pays, auxquels s'ajoutent le terrorisme et le trafic en tout genre, le Mali compte sur l'Algérie pour résoudre la crise.

Le Premier ministre malien Cheikh Modibo Diarra s'est rendu à la mi-juin en Algérie, dans l'espoir de trouver des solutions à la crise au Mali.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent