Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 26.06.2012 13h27
L'UE salue l'élection de Morsi comme nouveau président de l'Egypte

L'Union européenne (UE) a salué l'élection du candidat des Frères musulmans Mohamed Morsi comme nouveau président de l'Egypte.

"L'UE se réjouit du déroulement pacifique des élections présidentielles et félicite Mohamed Morsi pour son élection à la présidence de l'Egypte", a déclaré l'UE dans un communiqué publié lundi.

"L'UE félicite le peuple égyptien pour cette étape importante dans la transition démocratique de l'Egypte et le moment historique pour le peuple, le pays et la région", indique le communiqué publié par le Conseil des Affaires étrangères de l'UE, qui se réunit lundi à Luxembourg.

"L'UE attend avec impatience de travailler avec le président Morsi et se félicite de son intention déclarée de former un gouvernement inclusif qui gouverne au nom de tout le peuple égyptien et tend la main à tous les groupes politiques et sociaux", poursuit le texte.

"L'UE réitère son plein soutien à la transition démocratique de l'Egypte et souligne la nécessité d'un transfert complet et rapide du pouvoir aux autorités civiles, et rappelle les engagements précédents pris à cet égard", selon le communiqué.

Dimanche soir, la Haute Représentante de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Catherine Ashton, a félicité le nouveau président égyptien, qualifiant la victoire de M. Morsi d'"historique pour le pays et la région".

Mohamed Morsi a remporté le second tour de l'élection présidentielle égyptienne avec 51,73% des voix, battant Ahmad Chafiq, dernier Premier ministre d'Hosni Moubarak, pour devenir le premier président démocratiquement élu dans le pays depuis la chute d'Hosni Moubarak, contraint à la démission en février 2011 après une révolte populaire.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent