Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 04.07.2012 08h53
Mali : la guerre des ondes entre le MUJAO et le MNLA bat son plein (SYNTHESE)

La guerre des ondes entre le Mouvement pour l'unicité et le Jihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO) et le Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) fait ses effets.

En effet, le MUJAO annonçait sur les radios locales ce dimanche dernier qu'il a ''posé des mines antipersonnel tout autour des alentours de la ville de Gao" et a "demandé à cet effet aux populations de suivre la route nationale et d'éviter les routes de brousse", a indiqué lundi un observateur averti vivant à Gao, la cité des Askia, selon qui cette annonce "relève du bluffe".

"Les humains peuvent emprunter la route nationale, cependant, les animaux (ânes, vaches et moutons) vont partout. Je crois cette déclaration des Jihadistes relève du bluffe. En tout cas, de ce matin au soir (lundi dernier), on n'a pas entendu un seul cas de mort suite aux mines antipersonnelles, qu'il soit des motocyclistes ou d'un berger ou encore d'un animal", a-t-il déclaré.

Celui-ci a ajouté "Ça doit être le même cas qu'au début de la crise quand on a fait croire pendant deux mois qu'il y avait des mines antipersonnelles aux alentours de Tessalit, ce qui avait empêché nos militaires (maliens, ndlr) d'avancer en son temps".

"Ce qui est sûr, ce communiqué annoncé par le commissaire chargé de la sécuritaire islamique du MUJAO a fait son effet car les combattants du MNLA ne sont pas venus. Mieux, ses responsables ont fait des déclarations pour dénoncer cela à travers des médias internationaux", a laissé entendre un autochtone de la cité des Askia.

Evoquant l'attitude des combattants du MNLA, cet autochtone a affirmé que "des petits voleurs du MNLA coupés de leur base, arnaquent les gens vers Gossi, bref dans la plaine du Gourma en les menaçant avec des armes".

Par ailleurs, un correspondant de Xinhua a appris que présentement, Iyad Ag Ghali, dirigeant du groupe islamiste Ançar Dine "est en train de récupérer un en un tous les responsables du MNLA qu'il peut récupérer".

"Le colonel Najim aurait rallié le camp d'Iyad Ag Ghali, avec 30 Pic Up remplis d'hommes armés. Avant l'affrontement entre le MUJAO et le MNLA, le colonel Najim s'était montré hostile à cet affrontement. C'est ainsi qu'il était absent lors des disputes entre les deux camps", ont indiqué deux sources différentes de Gao.

Selon un leader d'une communauté de Gao, "Iyad est dans la cité des Askia depuis ce samedi dernier et dès son arrivée, il est en brousse pour sensibiliser les quelques responsables du MNLA à rejoindre ce groupe. Suite à cette sensibilisation, Najim aurait rejoint Ançar Dine". A rappeler que le colonel Najim est l'un des officiers revenant de la Libye, précisément le deuxième groupe de revenants qui ont été reçus par le président Amadou Toumani Touré (ATT) au palais présidentiel.

D'autres habitants de ladite ville évoquent également le "ralliement de Sikaye Ag Ekawell (qui était jusqu'au moment des récents affrontements un responsable politique du MNLA), qui a aujourd'hui le drapeau d'Ançar Dine flottant sur son toit à Gao".

A noter que Sikaye Ag Ekawell est un "ancien directeur de l'ANICT (Agence nationale d'investissement des collectivités territoriales), antenne de Gao et ancien consul du Mali à Tamanrasset en Algérie. Il est également un ancien conseiller spécial du président ATT jusqu'au 22 mars dernier, date du renversement de celui-ci".

"La défection avait commencé bien avant le récent affrontement. Il s'agit notamment du cas de M. Bareck qui avait rallié les rangs d'Ançar Dine suite à la mise en place du gouvernement de plaisantin formé par le MNLA au sein duquel celui-ci n'avait pas obtenu la place qu'il souhaitait", rassure une source.

Cette même source a rappelé que "Malgré la défection de Bareck, son fils était resté au MNLA, avant de mourir lors dudit affrontement". A noter qu'aucune des sources n'a pu expliquer concrètement pourquoi Iyad Ag Ghali est "en train de sensibiliser des responsables du MNLA afin qu'ils rejoignent son mouvement".

Cependant, certaines sources rappellent qu'avant "l'arrivée des revenants de la Libye, le MNLA et Ançar Dine avaient les mêmes objectifs". De leur côté, les responsables du Collectif des ressortissants du Nord (COREN) multiplient les appels à l'endroit des autorités maliennes et des occupants.

"Le temps est aux actes, aux actes concrets pour libérer les trois quarts du pays, pour ramener plus de la moitié des populations de ces contrées dans leur foyers, pour assurer la survie et la vie de tous ces compatriotes", a lancé Arboncana Maïga du COREN.

"Nous harcellerons jusqu'à ce que nos autorités décident de s'occuper de nous autrement que par des communiqués attendris de soutien et du constat de l'ampleur de notre désastre", a-t-il indiqué.

S'adressant aux occupants, M. Maïga a conclu "jamais ils ne nous dompteront, jamais ils ne nous casseront, jamais nous ne cesserons d'être ce que nous sommes, pour devenir ce qu'ils veulent que nous soyons".

Source: Xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire