Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 10.07.2012 08h54
Le Maroc envisage la création d'un Observatoire de l'emploi et de la formation (SYNTHESE)

Le ministre marocain de l'Emploi et de la Formation professionnelle, M. Abdelouahed Souhail vient d'annoncer la prochaine création d'un Observatoire de l'emploi et de la formation pour élaborer des politiques publiques adaptées en matière d'emploi au Maroc où 81% des chômeurs sont des jeunes.

En effet, l'emploi des jeunes au Maroc se caractérise par un faible taux d'activité qui est de 47,4 % et un taux de chômage qui a atteint en 2011, 17,9 % chez les 15-24 ans et 12 % chez les 25- 34 ans, selon de récentes données du département marocain de l'Emploi.

Les détenteurs de diplômes de niveau supérieur arrivent en tête avec (18,1%) et de niveau moyen (16%) et les promotions de la formation professionnelle (technicien supérieur, technicien, qualification et spécialisation), avec 19,7%.

De même, le chômage est de longue durée, puisque 65,8 % des jeunes chômeurs le sont depuis plus d'une année. A ce niveau, le constat est sans appel: "le taux de chômage augmente avec le niveau d'éducation, ce qui confirme l'inadéquation des formations avec les besoins du marché du travail et la permanence d'une croissance peu génératrice d'emplois qualifiés", souligne M. Souhail.

Une autre caractéristique au Maroc, les jeunes "privilégient le travail dans la fonction publique plutôt que le secteur privé, car le public, pour eux, est une garantie de stabilité et de meilleure protection sociale", a fait observer le ministre marocain. Aussi, un rapport du conseil économique et social du Maroc a conclu que l' emploi des jeunes se caractérise par sa précarité et sa fragilité étant donné que les emplois occupés sont souvent sous rémunérés, sans cadre contractuel et rarement couverts par un régime de protection sociale.

L'Observatoire de l'emploi et de la formation sera un outil scientifique qui permettra de produire des informations fiables et pertinentes pour une meilleure connaissance des potentialités d'emploi, contribuer à l'amélioration et à l'accroissement de la capacité nationale (Gouvernement et partenaires) dans la conception et la mise en oeuvre d'une politique de l'Emploi et de favoriser l'ajustement de la formation à l'emploi.

Cet observatoire qui sera mis en place en collaboration avec le Bureau International du Travail (BIT), et en coopération avec la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), les syndicats et le Haut Commissariat marocain plan (HCP), sera une source de données et d'analyses à la disposition des décideurs, associations et tous ceux qui sont intéressés par la problématique de l'emploi.

Pour rappel, la déclaration gouvernementale prévoit de ramener le taux de chômage à 8 % à l'horizon 2016. Sur les 26.204 postes budgétaires prévus dans la fonction publique au titre de la loi de

finances 2012, les concours portant sur 10.133 postes ont été déjà lancés, selon les données fournies par le ministère marocain chargé de la Fonction publique et de la modernisation de l'administration, qui vient de procéder au lancement d'un site électronique comportant les données relatives à ces concours.

Ce portail de l'emploi public permettra d'accéder aux informations et données relatives à la procédure de recrutement par voie de concours dans la fonction publique, les collectivités locales et les établissements publics. Ce portail comporte des informations relatives aux composantes des salaires dans la fonction publique, aux dispositions du statut général de la Fonction publique et des statuts particuliers, en plus d'une rubrique dédiée aux questions les plus fréquentes posées par les futurs candidats à la fonction publique.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire