Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 12.07.2012 13h47
Le besoin commun d'améliorer le bien-être du peuple rapproche les ONG chinoises et africaines
Photo prise le 10 juillet 2012 de la cérémonie d'ouverture du 2ème Forum du peuple Chine-Afrique qui s'est tenu les 10 et 11 juillet à Suzhou.

Comment améliorer les conditions de vie des citoyens ? Telle était la question au coeur du 2e Forum du peuple Chine-Afrique qui s'est clôturé le 11 juillet à Suzhou, capitale de la province du Jiangsu (est).

Depuis la création en 2000 du Forum de coopération Chine-Afrique et à mesure que s'est développée la collaboration politique et commerciale sino-africaine, les attentes n'ont cessé de croître en matière d'échanges entre organisations non gouvernementales (ONG). Il aura cependant fallu attendre dix ans avant que soit organisé en août 2010 le premier rendez-vous collectif des ONG chinoises et africaines, à Nairobi, capitale du Kenya.

Le deuxième forum est allé plus loin, regroupant 300 représentants de Chine et de 35 pays africains pour promouvoir une meilleure connaissance réciproque entre la Chine et l'Afrique.

Aujourd'hui, la communication intergouvernementale est loin d'être suffisante pour répondre aux besoins divers et concrets des Chinois et Africains ordinaires, constate He Wenping, directrice de la Division de recherches africaines à l'Institut des études sur l'Asie de l'Ouest et l'Afrique du Nord, relevant de l'Académie des sciences sociales de Chine.

Les ONG africaines sont nombreuses et actives dans leurs pays, où sont également implantées les ONG occidentales, explique-t-elle. Mme He ajoute que les ONG chinoises opèrent quant à elles davantage en Chine et manquent d'expérience à l'étranger.

Quelques ONG chinoises ont néanmoins fait leurs premiers pas en Afrique.

La Fondation Amity a lancé en 2011 à Madagascar un programme de réservoirs à biogaz en zones rurales. Après avoir formé une dizaine de techniciens locaux et construit un exemple de réservoir, l'organisation caritative envisage la création entre 2012 et 2013 de 500 réservoirs sur l'île.

''Nous devons saisir l'opportunité qu'offre la Chine en matière de formation et d'échanges, ainsi que dans la réforme des compétences africaines adaptées à notre milieu, afin de prendre part à la révolution scientifique et technologique mondiale'', affirme Feruzi Kalume Nyembwe, coordinateur de la Fondation Mzee Laurent Désiré Kabila de République démocratique du Congo.

Il met l'accent sur le rôle intermédiaire que jouent les ONG entre le gouvernement et le peuple, entre le public et le privé.

Elmostafa Rezrazi, président du Centre africain des études asiatiques, au Maroc, a révélé que ces derniers temps, la situation délicate sur le continent africain a eu un impact sur la coopération avec la Chine. Selon lui, le renforcement des échanges entre ONG pour un développement commun contribuera à dissiper les malentendus entre les peuples.

A l'occasion du forum organisé à Suzhou, Sun Jiazheng, vice-président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), a annoncé le lancement d'un programme de partenariat amical sino-africain.

Le programme ambitionne de mettre en place, dans les trois ans à venir, huit actions pour le bien-être du peuple africain, dont la prévention du sida, la construction de petites centrales hydrauliques et la formation en droit.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire