Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 28.07.2012 09h44
Crise malienne : la France soutient la médiation du Burkina Faso

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a déclaré vendredi à Ouagadougou que son pays soutient les efforts de médiation menés par le Burkina Faso dans la crise malienne.

En visite au Burkina dans le cadre d'une tournée africaine qui l'a déjà conduit au Niger, M. Fabius a été reçu par le président burkinabé Blaise Compaoré.

Il a déclaré à sa sortie d'audience avec le président Compaoré qu'ils ont échangé sur les relations franco-burkinabé et la recherche d'une solution de sortie de crise au Mali.

"La France appuie la médiation burkinabé", a dit M. Fabius, précisant que la recherche d'une solution de sortie de crise au Mali passe aussi par Ouagadougou et qu'il est venu échanger avec le médiateur de la CEDEAO sur l'état d'avancement des discussions avec les différents protagonistes.

De l'avis du diplomate français, Paris pourrait apporter son appui logistique à la force d'attente de la CEDEAO à condition qu' un gouvernement légal soit réellement rétabli à Bamako et qu'il en fasse surtout la demande.

Au cours d'un point de presse avec les médias, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a indiqué que le Burkina Faso, en tant que voisin du Mali, n'est pas à l'abri des menaces des terroristes.

"Il faut être attentif. Partout dans le monde où il y a du terrorisme, c'est une menace pour les autres Etats", a signifié M. Fabius, avant d'ajouter que "ce n'est pas pour autant que l'on devrait être alarmiste en excès. Il faut aussi savoir raison garder", a-t-il fait remarquer.

Le ministre français des Affaires étrangères a par ailleurs rappelé que son pays a toujours été attaché à l'Afrique, c'est pourquoi la France ne peut rester indifférente à la situation que connait le peuple malien.

Dans cette optique, M. Fabius a dit que la France soutiendra toutes les initiatives de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) pour un retour à la stabilité.

"La paix au Mali doit reposer sur un triangle de base : la démocratie d'abord, la sécurité ensuite, et le développement enfin ", a prévenu M. Fabius qui a fait remarquer qu'avant de penser à la reconquête du Nord-Mali, il faut impérativement renforcer la démocratie.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 27 juillet
Les excuses de la France pour les crimes antisémites, une leçon pour l'histoire ?
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis
Ce que cache la visite du Ministre japonais des Affaires Etrangères au Vietnam