Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 07.08.2012 09h37
Ban Ki-moon salue le terrain d'entente trouvé par le Soudan et le Soudan du Sud sur la question du pétrole

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon s'est félicité lundi de l'accord conclu entre les gouvernements du Soudan et du Soudan du Sud concernant des arrangements pétroliers et financiers, estimant qu'il s'agit là d'« une étape importante dans l'établissement de bonnes relations de voisinage entre les deux États ».

Dans une déclaration communiquée lundi par son porte-parole, Ban Ki-moon se dit encouragé par le fait que les deux gouvernements ont ajusté de façon significative leurs positions sur des questions « contentieuses ».

D'après les médias, l'accord conclu samedi à Addis-Abeba, en Éthiopie, fixe le montant que Juba devra payer à Khartoum par baril de pétrole exporté via le Soudan au cours des trois ans et demi à venir. Le Soudan du Sud aurait en outre accepté de payer une somme forfaitaire d'environ trois milliards de dollars à son voisin afin de compenser ses pertes de revenu depuis la partition des deux pays, le 9 juillet 2011.

En accédant ce jour-là à son indépendance, le Soudan du Sud a en effet hérité des trois quarts des ressources pétrolières du Soudan d'avant-partition. Mais, dépourvu des infrastructures nécessaires, ce pays dépend des oléoducs soudanais pour exporter.

Le secrétaire général regrette cependant que les deux gouvernements n'aient pas pu respecter la date-butoir du 2 août fixée par le Conseil de sécurité lorsqu'il avait entériné la Feuille de route du Conseil de Paix et Sécurité de l'Union africaine.

« Il exhorte les dirigeants soudanais et sud-soudanais à faire preuve de la volonté politique nécessaire pour régler toutes les questions en suspens », indique son porte-parole.

Destinée à mettre fin aux tensions entre le Soudan et le Soudan du Sud, cette feuille de route exige notamment l'arrêt immédiat des bombardements de l'armée soudanaise et la fin des opérations militaires, le retrait de chaque armée sur son territoire national. Ce document exige aussi l'arrêt des soutiens aux groupes rebelles actifs sur le territoire de chacun des deux pays et le respect par les parties des engagements souscrits précédemment, en particulier la mise en place d'un mécanisme commun de surveillance de la frontière et un règlement transitoire sur Abyei.

Dans la même déclaration, M. Ban salue séparément le gouvernement du Soudan et l'Armée populaire de libération du Soudan-Nord (SPLM-Nord) pour la signature d'un Mémorandum tripartite d'accord avec l'Union africaine, la Ligue des États arabes et les Nations Unies sur l'aide humanitaire destinée aux civils touchés par la guerre dans les États du Kordofan méridional et du Nil bleu.

Le secrétaire général exhorte Khartoum à permettre la fourniture rapide de cette aide à la population concernée.Soudan du Sud.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 6 août
Après le départ de Koffi Annan, qui va pouvoir refermer la Boîte de Pandore en Syrie ?
Pourquoi je déteste les Jeux Olympiques...
Les Etats-Unis s'intéressent à l'Afrique, et cette fois c'est vrai…