Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 29.08.2012 13h15
RDC: La présence à Kinshasa de François Hollande diversement interprétée (SYNTHESE)

La présence confirmée du président français François Hollande à Kinshasa en octobre prochain lors du XIV sommet des chefs d'Etats et de gouvernements des Etats membres de l'Organisation internationale de Francophonie (OIF) est diversement interprétée au sein de la classe politique congolaise.

La présence du chef de l'Etat français à ce sommet a fait l' objet de controverse depuis le mois de juillet, non seulement en République démocratique du Congo (RDC), mais aussi parmi les milieux diplomatiques dans certains pays africains et européens.

Pendant sa campagne présidentielle, M. Hollande a fait savoir qu'il n'accepterai pas des élections mal organisées, ce que l' opposition congolaise a fortement exploité. C'est dans la soirée du 27 août que M. Hollande a confirmé, devant tous les ambassadeurs français, sa présence à Kinshasa, au cours de son message à l'occasion de la rentrée diplomatique. « Je me rendrai dans quelques semaines au sommet de la Francophonie à Kinshasa. J' y réaffirmerai que la Francophonie, ce n'est pas simplement une langue en partage mais aussi une communauté de principes et d' idéaux, dont le rappel à chaque occasion est nécessaire, et notamment en RDC, mais pas seulement là » a-t-il déclaré.

Cette position a été défendu par la ministre française chargée de la Francophonie, Yamina Benguigui, qui pense qu'il ne s'agit pas d'une réunion bilatérale, mais plutôt d'une rencontre de plusieurs chefs d'Etat.

« Au lieu de trouver des moyens pour mettre fin à la guerre dans l'est, le président français vient encourager le pouvoir de Kabila qui dirige par défit, malgré les contestations des résultats, M. Hollande vient également se moquer du peuple congolais qui se trouve dans l'est du pays en proie à la rébellion du mouvement du 23 mars», a indiqué Kalaba Michel, membre de la société civile du Nord-Kivu.

Pour le plus influent parti de l'opposition congolaise, l'Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS), « l'arrivée de M. Hollande ne nous décourage pas, car nous continuons à lutter pour avoir l'imperium », a déclaré Jean Marie Vianney Kabukanyi.

Le chef de ce parti politique, Etienne Tshisekedi s'est autoproclamé président après la proclamation des résultats des élections du 28 novembre 2011 publiés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Les missions diplomatiques d'observation ont reconnus que ces élections ont été entachées des irrégularités, mais d'après eux, ces irrégularités ne pouvaient pas influencer les résultats des élections du 28 novembre 2011.


News we recommend

Le grand et son petit Des photos inédites de Marilyn Monroe publiées par le magazine LIFE   Les robes courtes de la première dame de Corée du Nord soufflent un vent de mode dans son pays
Le passage du mur du son en images   Coca-Cola tombe en bas de la liste de satisfaction des boissons en Chine Emeutes en France : après Amiens, où ?
Kaka : retour à la case départ ? Le monde compterait 70 millions d'asexués Ne pas se marier avant 30 ans !

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
De l'« usine du monde » vers la « marque mondiale »
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?