Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 05.09.2012 13h08
Burundi : des voix s'élèvent pour condamner la reprise éventuelle d'une guerre

Les Forces nationales de libération (FNL), ex-mouvement rebelle burundais transformé en une formation politique, ont condamné la déclaration que le général Aloys Nzabampema, ancien commandant des FNL, a faite en affirmant avoir repis les armes pour combattre le régime du président Pierre Nkurunziza.

"Aloys Nzabampema est le seul responsable de l'attaque de dimanche dernier et de la déclaration de guerre qu'il a faite et non le parti FNL", a déclaré mardi Aimé Magera, un des responsables des FNL.

Dimanche dernier, une position militaire située à quelque 15 km à l'ouest de Bujumbura a été attaquée et la population locale a attribué l'attaque aux FNL.

La déclaration du général Nzabampema a aussi été condamnée par l'Alliance des démocrates pour le changement (ADC Ikibiri) dont fait partie le parti FNL.

"Le parti FNL reste à part entière membre de l'ADC Ikibiri qui s'est engagé comme nous sur la voie du combat politique puisque ses dirigeants ont annoncé eux-mêmes qu'ils renonçaient à la lutte armée", a déclaré Léonce Ngendakumana, président du Front pour la démocratie du Burundi (FRODEBU), qui est à la tête de l'ADC Ikibiri.

Le sénateur et l'ancien président de la République Domitien Ndayizeye, membre du FRODEBU, préconise l'ouverture d'un dialogue pour éviter une autre guerre au Burundi.

"S'il faut un dialogue, il faut le déclencher pour éviter que les gens ne fassent parler les armes plutôt que de faire parler les opinions. Nous savons que ceux qui sont au pouvoir ont utilisé des armes. En quelque sorte, certains peuvent avoir ce reflexe", propose M. Ndayizeye.

La société civile a également réagi à la déclaration du général Aloys Nzabampema, ancien militaire de l'armée burundaise qui s'est par la suite reconverti aux FNL.

"Nous sommes étonnés d'entendre aujourd'hui qu'au Burundi il y a des gens qui pensent encore à utiliser les voies de la violence pour faire respecter leurs droits (..). Nous sommes contre ceux-là qui pensent encore à utiliser ces voies pour conquérir le pouvoir", a indiqué Pacifique Nininahazwe, délégué général du Forum pour le Renforcement de la Société Civile (FORSC).

M. Nininahazwe s'est aussi déclaré contre l'utilisation de la violence pour "pour détourner l'attention sur les questions qui hantent le pays ou pour faire du mal aux autres politiciens".


News we recommend

Les 10 plus célèbres en-cas de Pékin Paris et les Parisiens sous l'objectif d'un photographe français   En 2050, les étrangers seront-ils des travailleurs migrants en Chine ?
Mao et le mystérieux banquet d'Etat chinois   Une cérémonie de mariage chinois à l'ancienne Le J-10, chasseur chinois de troisieme génération
La soeur de la Joconde au Louvre Une bande dessinée pour témoigner de la croissance d'un enfant Les « morts » anormales des ponts en Chine


Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
De l'« usine du monde » vers la « marque mondiale »
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?