Flash :

La bataille pour la reconquête du Nord du Mali va-t-elle bientôt débuter ? Queen Charlotte's Ball, les débuts des jeunes riches londoniennes Le dernier magasin d'Apple, dans la continuité de la stratégie de la société américaine Chine : les personnes agées seules, préfèrent une relation d'amitié Un régiment d'artillerie en formation Un plat à emporter de 1100 dollars, Sarkozy vit toujours dans le luxe La gloire de Mo Yan donne naissance à des opportunités commerciales Goûterez-vous un biscuit d'Obama ou de Romney Les coûts plus élevés forcent des entreprises à quitter la Chine Un soutien-gorge en diamant d'une valeur de 2 millions d'euros De géniales idées citrouilles à la veille de Halloween 2012 De nouveaux employés de Foxconn en formation dans le Henan L'ivoirien Yaya Touré à Chelsea, pour devenir le joueur le mieux payé de la planète foot ? Combat cruel entre un cerf et un taureau Quel est le métier rêvé des jeunes filles au Japon ? Le porno ! Un équipage chinois secouru après l'incendie de leur navire au large d'Okinawa Chine : Festival international des arts martiaux de Shaolin Chine : Festival international des arts martiaux de Shaolin Mariage princier au Luxembourg La 4e édition du marathon international d'Alger aura lieu le 3 novembre

Beijing  Ensoleillé  20℃~7℃  City Forecast
Français>>Afrique

La bataille pour la reconquête du Nord du Mali va-t-elle bientôt débuter ?

( le Quotidien du Peuple en ligne )

22.10.2012 à 17h03

Récemment, l'opinion publique de la région de l'Afrique de l'Ouest et du Mali a demandé une intervention militaire internationale dans le Nord-Est du Mali, actuellement occupé par un groupe islamique armé.

L'ancienne puissance colonisatrice du Mali, la France, s'est également montrée très favorable à cette idée et a proposé de fournir un soutien logistique, mais sans participer pour autant à une intervention militaire. Les Etats-Unis ont également exprimé leur volonté de fournir une aide militaire au Mali, pour chasser les forces rebelles « de base » hors de ce pays. Il semble y avoir une volonté de lutter contre les rebelles du Mali, et que d'autre part le bon moment soit arrivé pour le faire.

Le gouvernement et le peuple du Mali ne supportent plus les exactions des groupes islamiques armés liés à Al-Qaïda dans le Nord de leur pays. Au début de septembre, les autorités maliennes ont officiellement déposé devant la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest) une demande d'envoi de troupes, espérant obtenir le soutien et l'aide de la communauté internationale. Le Conseil de Sécurité des Nations-Unies a, de son côté, répondu au problème du Mali le 12 octobre dernier par la Résolution 2071, demandant aux autorités maliennes de discuter avec les rebelles et les représentants de la population du Nord du Mali et menaçant de sanctions les groupes armés du Nord. Le Conseil décidera ensuite en fonction des résultats s'il convient ou non d'autoriser une intervention militaire de forces multinationales au Mali. En réalité, cela montre que le Conseil de sécurité a déjà accepté le principe d'une intervention armée au Mali. A partir de là, l'envoi de troupes dans le Nord du Mali risque fort de connaître un grand essor.

Quant à la date du lancement de la campagne contre les rebelles du Nord du Mali, c'est une autre histoire. Selon une déclaration du Ministre de la Défense français Jean-Yves le Drian le 16 octobre dernier, l'intervention militaire ne devrait pas avoir lieu dans quelques mois, mais devrait plutôt commencer dans quelques semaines. Selon des responsables du Ministère français de la Défense, le déploiement complet de l'offensive devrait être divisé en trois étapes : la première étape devrait débuter d'ici la fin de novembre, avec pour objectif de consolider les défenses du Sud du Mali, et de faire un bon travail de protection de la capitale Bamako pour empêcher toute offensive de l'ennemi. La deuxième phase consisterait en un déploiement des forces de la CEDEAO en janvier de l'année prochaine, bien avant que les opérations de guerre ne débutent réellement. La troisième étape devrait enfin consister en un lancement d'une attaque sur le Nord, en s'efforçant de mettre fin aux combats avant la fin de mars, la saison des pluies de l'année prochaine commençant au début du mois de mars dans cette région.

Comment risque de se dérouler la future guerre ? L'armée régulière du Mali compte actuellement 11 000 hommes. Les forces permanentes de la CEDEAO en comptent environ 3 000. Par comparaison, les forces rebelles ne comptent que de 4 000 à 6 000 hommes. En termes d'équipement, il y a aussi une grande disparité, les forces permanentes du Mali et de la CEDEAO disposent d'avions, de pièces d'artillerie, de chars alors que les forces rebelles ne possèdent seulement que des fusils d'assaut kalachnikov, des lance-roquettes, des véhicules blindés et une petite quantité de missiles terre-air. En outre, l'action contre les rebelles du Nord recevra le soutien des puissances occidentales. Bien que la France a dit qu'elle n'enverra pas de troupes au sol, elle participera à la bataille par la fourniture de plans, de renseignements et une aide logistique. Plus de 100 membres des forces spéciales françaises ont été déployés pour protéger les français intérêts aux Sahel et la sécurité des otages et prendre des mesures nécessaires à tout moment. Les Etats-Unis ont de leur côté déployé des drones pour attaquer des cibles au sol en cas de besoin.

Toutefois, reconquérir le Nord du Mali ne sera pas non plus une tâche facile. Tout d'abord, les groupes islamiques armés comptent de nombreux membres des tribus Touaregs. Ces hommes sont naturellement robustes, rompus aux combats dans le désert. La topographie de cette région leur est très familière. Dans certains villages, ils comptent des partisans. Par conséquent, après le début des combats, les forces du Gouvernement du Mali devront se montrer capables de se déplacer rapidement vers l'avant, mais à cause de quelques groupes de militants islamistes, cette avance risque à tout moment d'être entravée, contraignant les forces gouvernementales à mener une guerre de guérilla. Elles se doivent donc de les détruire rapidement, mais l'issue de la guerre est incertaine. De plus, le Nord du Mali est frontalier avec l'Algérie, la Mauritanie et le Niger, aussi les rebelles peuvent-ils également traverser la frontière dans la clandestinité, puis attendre une occasion de revenir, et de poursuivre la confrontation avec les forces gouvernementales.

En outre, il existe pour le Gouvernement français un véritable casse-tête, à savoir que les groupes islamiques extrémistes sont toujours actifs dans le Sahel et détiennent six otages français qu'ils ont fait prisonniers. Ils ont menacé que si jamais le conflit éclatait, ils tueraient les otages. Si les otages étaient exécutés, le gouvernement français ferait alors face à une forte pression de son opinion publique. Pour les autorités françaises, c'est un véritable dilemme. Pour résoudre ce problème, deux solutions s'offrent, soit des négociations pour obtenir leur libération anticipée des mains des groupes extrémistes islamiques, soit procéder à une opération de sauvetage précoce des otages pour leur épargner tout risque imprévu. La première approche est envisageable, mais la seconde est très risquée.

Le Mali, les pays de l'Afrique de l'Ouest ou les puissances occidentales ne peuvent pas tolérer que les rebelles Touaregs et des groupes extrémistes islamiques s'installent durablement dans le du Nord du Mali, et veulent donc, en particulier, empêcher l'Ansar Dine, le Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA), Al-Qaida au Maghreb islamique et autres organisations de faire de cette partie du Mali leur camp de base, ce qui favoriserait l'expansion des forces terroristes, et mettrait en danger la sécurité de toute la région. Ainsi, la bataille aura lieu, et son déclenchement ne devrait plus tarder très longtemps. Je crois que tant que le Gouvernement du Mali aura l'appui des parties qui le soutiennent et une bonne dose de courage, il sera certainement en mesure de regagner rapidement le terrain perdu, et de parvenir à reconstituer l'unité nationale et l'intégrité territoriale du Mali.

Auteur : Ren Yaqiu


News we recommend

Un Français vivant dans la région du Wannan Une Corée du Nord en pleine transformation vue par un photographe étranger   Le festival du sexe de Guangzhou connaît un véritable succès
La Chine teste la ligne ferroviaire en région montagneuse la plus rapide du monde   Les femmes les plus sexy de la Chine Qui sera le vainqueur du Soulier d'Or : Messi, Ronaldo, Falco...
La lettre d'Einstein sur Dieu mise en vente aux enchères sur eBay Le porte-avions chinois surpasse celui de la Russie en qualité d'armement, selon un expert Voici comment sera l'homme dans 1 000 ans, selon des scientifiques

  • Nom d'utilisateur
  • Anonyme

Sélection de la rédaction

Les Articles les plus lus |Sontage

Pages spéciales