100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Les relations sino-fran?aisesMise à jour 01.02.2010 15h07
Valéry Giscard d'Estaing prononce un discours en chinois

« Je vous ai parlé en chinois, malgré mon faible niveau de cette langue, c'est pourquoi je vous exprime mes excuses pour cela. En agissant ainsi, mon seul désir c'est de montrer mon respect et mon profond sentiment envers le peuple chinois et la culture chinoise. »

C'est ainsi que l'ancien Président français Valéry Giscard d'Estaing termine son discours prononcé en chinois avec une ‘modestie et une simplicité à la chinoise', lors d'une réception donnée le 30 janvier vers midi à l'Ambassade de Chine en France à l'occasion de l'arrivée du printemps et à l'intention des Chinois et des Français qui enseignent volontairement la langue chinoise.

Giscard d'Estaing, âgé de plus de quatre vingt ans, a profité de cette occasion pour présenter ses meilleurs vœux à près de deux cent enseignants et volontaires chinois et français qui contribuent par leurs efforts au développement de l'enseignement du chinois en France.

« Bonjour à tout le monde et mes respects à Monsieur l'ambassadeur …… », lorsque Giscard d'Estaing commence son discours en un putonghua (langue chinoise commune) avec un léger défaut de prononciation, il suscite tout d'abord dans la salle de la surprise et de l'étonnement, suivis de l'émerveillement et de l'admiration et enfin d'un tonnerre d'applaudissements. Mais ce qui prolonge l'enthousiasme, c'est que pour « vanter » et pour « faire étalage » de ses connaissances du chinois, dont l'apprentissage lui a valu de longues années d'efforts soutenus, il persiste à parler alternativement en chinois et en français. Bien que son niveau du chinois ne puisse être comparé à son parler du français qui est parfait, exquis et raffiné, mais quand on le voit lire et prononcer avec effort chaque mot du chinois en consultant attentivement le texte qu'il tient dans sa main, on se sent profondément ému et impressionné par le sérieux de cet octogénaire.

En parlant de la décision qu'il a prise malgré son grand âge d'apprendre le chinois, il a dit avec humour que cela a été dû à l' 'agacement' qu'il a ressenti lors de sa première visite en Chine en 1980, car durant son séjour à Beijing, il a remarqué avec ennui et amertume qu'il est dans l'impossibilité de communiquer avec une population qui représente le cinquième de la population mondiale, ne pouvant ni comprendre, ni parler, ni même 'connaître un seul des caractères en chinois'. C'est à partir de là qu'il a pris la ferme décision d'apprendre le chinois.

Pour apprendre cette langue, il a rencontré pas mal de problèmes et de difficultés, mais il a pu persister dans sa décision d'apprentissage du chinois grâce à l'obstination et à la persévérance dont il a fait preuve. Il a fait remarquer que la Chine et la France sont dotées de deux civilisations complètement différentes et cela est justement une des raisons pour laquelle elles doivent faire des efforts pour renforcer leur compréhension mutuelle et la langue est un excellent outil pour cela. A cet effet, il présente tous ses respects et toutes ses félicitations aux personnes qui enseignent et qui transmettent le chinois et le français.

Les enseignants du chinois présents à la réception ont hautement apprécié le niveau du chinois de Giscard d'Estaing dont le discours a été interrompu sans cesse par des applaudissements et des acclamations frénétiques. Toutefois, cet ancien tout-puissant Président français qui est éloquent et qui a la parole facile semble tout à coup « n'être plus sûr de soi » et mal à l'aise et il dit avec hésitation : « Je vais terminer tout de suite. » comme s'il veut exprimer ses excuses pour la lenteur de sa prononciation des mots chinois.

« Je voudrais exprimer mes sincères remerciements au Président Giscard d'Estaing qui est venu spécialement pour assister à notre réception et également pour la grande contribution qu'il a apportée à l'amitié entre nos deux pays et nos deux peuples. », a dit l'Ambassadeur de Chine en France Kong Quan qui a fait preuve d'humour en faisant remarquer que Giscard d'Estaing est peut-être le plus connu élève qui apprend le chinois dans le monde quant à la place qu'il occupe dans la hiérarchie politique. « Malgré son âge avancé, le Président Giscard d'Estaing a conservé toute sa juvénilité. J'espère que tout le monde prenne exemple sur lui quant à sa vitalité et à son dynamisme et apprenne le chinois ! », a-t-il dit pour conclure et son franc-parler a non seulement provoqué l'approbation de tout son auditoire, mais en plus a suscité un sourire joyeux sur le visage de la personne à qui le 'compliment' et l''éloge' étaient adressés.

« Je continuerai à apprendre le chinois et je l'étudierai plus en profondeur, car cela sera quelque chose de très importante pour moi. », a déclaré Giscard d'Estaing à l'issue de la réunion. Puis, il a ajouté : « C'est une langue complètement différente du français. Ses particularités résident dans son écriture composée de caractères diversement combinés ainsi que dans les sens qui y sont contenu, alors que le français est une langue alphabétique basée sur la prononciation. Si l'on peut maîtriser la structure des caractères chinois et connaître le sens qui y est caché, on pourra alors comprendre la pensée et l'idéologie chinoises, ce qui est sûrement profitable pour nous …… ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Le discours prononcé par le Président Valery Giscard d"Estaing est un bel exemple de ...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Plus de « bol de fer » pour les fonctionnaires de Shenzhen
Participation de Hu Jintao à un spectacle en faveur de vétérans militaires chinois
Pourquoi est-on toujours pousser par ses « besoins matériels » ?
En dépit de sa puissance économique montante, la Chine reste lucide
Quand la construction d'une résidence a des relents d'histoire ancienne...
Les exportations chinoises profitent au monde entier
Tennis : une défaite au goût de victoire